Grégoire Verdeaux : l’ami qui gère le trésor

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

© IBI World Limited

Un beau jeune homme qui marche derrière Carla Bruni. Il l’accompagne, ainsi que Nicolas Sarkozy, à des rendez-vous importants. Il parle d’argent, de carrières et de contrats de milliardaires. La presse le découvre et le met sur le gril jusqu’à ce que tout le galion Sarkozy soit coulé. Mais pas lui. Grégoire Verdeaux est plus puissant aujourd’hui qu’il ne l’était alors. Aujourd’hui, il est l’homme qui, en France et ailleurs, gère les contacts avec les amis de l’une des plus puissantes multinationales de la planète : Philip Morris International. En tout cas, Verdeaux prouve la justesse du proverbe : celui qui trouve un ami trouve vraiment un trésor.

La gestion des fonds internationaux

Michel Barnier serre la main d’Emmanuel Macron, qui sera son adversaire à la prochaine élection présidentielle[1]

Grégoire est né en 1972 dans le sud de l’Auvergne[2] et a obtenu son diplôme près de chez lui, à Clermont-Ferrand[3]. Ancien avant-centre de l’équipe locale de Saint-Flour[4], il a si bien réussi à l’université qu’il a obtenu une bourse pour poursuivre ses études, d’abord à l’université d’Oklahoma, puis au prestigieux Sciences Po[5] (Études politiques de Paris[6]), où il a noué des relations importantes qui ont influencé toute sa carrière[7] : en 1995, en effet, il est devenu le conseiller de Michel Barnier, le ministre français des affaires européennes du gouvernement Juppé[8], qui est devenu en 2006 l’un des plus importants conseillers du candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy[9]. A la chute du gouvernement en juin 1997, il suit Barnier au Sénat en tant qu’assistant parlementaire[10] et travaille sur de nouvelles lois fiscales pour les collectivités locales et régionales[11].

De 1999 à 2005, M. Verdeaux a enseigné le droit constitutionnel européen, se spécialisant dans les questions d’autonomie régionale et locale et d’institutions parlementaires dans le contexte de l’Union européenne. Il a été membre de la Conférence Olivaint, la plus ancienne et la plus influente des confréries universitaires françaises[12]. En 2001, très jeune, il se présente au RPR (parti de l’ancien président Jacques Chirac[13]) dans le village de Conflans-Saint-Honorine, où il se heurte au RPF (Le Rassemblement pour la France) de Charles Pasqua et Jacques Myard[14] et est battu[15].

C’est pourquoi il a choisi de suivre à Bruxelles Barnier, le nouveau conseiller européen en charge des fonds structurels et des affaires institutionnelles[16], et donc un partenaire contractuel des puissants de l’Europe[17]. Un exemple : M. Verdeaux contrôle l’utilisation de 32 milliards d’euros de fonds européens en Belgique, en Italie, au Luxembourg et aux Pays-Bas et organise les contacts du commissaire avec le Parlement européen et les partis politiques[18] . Il a également conseillé M. Barnier sur le processus d’adoption du projet de Constitution préparé par la Commission présidée par Valéry Giscard d’Estaing[19]. En mai 2004, il retourne à Paris où il devient le conseiller de Barnier pour l’Europe au Quai d’Orsay et planifie une nouvelle stratégie globale de lobbying auprès des institutions européennes[20]. Mais il tombe sur l’enlèvement (réel ou fictif[21]) des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, otages en Irak[22], et est accusé de mal gérer la crise[23] et de dissimuler des informations importantes[24].

Après le référendum sur la Constitution européenne en mai 2005, il est devenu directeur de programme au sein du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD[25]). Il s’agit de la principale agence de développement des Nations unies chargée de réaliser les objectifs de développement durable (ODD[26]). Depuis New York, M. Verdeaux coordonne la mobilisation des ressources et les relations avec les donateurs publics et privés pour les 23 bureaux locaux des projets sociaux du PNUD en Europe centrale et orientale[27], dans le Caucase et en Asie centrale[28]. En 2007, il a été nommé directeur des finances d’UNITAID à Genève, un bureau de l’Organisation mondiale de la santé[29], où il gère les ressources et les engagements financiers relatifs à l’accès aux médicaments contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme pour les pays à faible revenu[30] – un gâteau de 400 millions de dollars par an[31].

La main droite de Carla

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy[32]

En octobre 2008, Verdeaux devient directeur adjoint du cabinet du président Sarkozy[33] et reste en poste jusqu’en mars 2011[34] à la tête d’une équipe de fidèles : Verdeaux[35], Claude Guéant, Raymond Soubie, Xavier Musca, Jean-David Levitte, Henri Guaino et Franck Louvrier, qui gèrent les stratégies diplomatiques, économiques et de communication[36]. Une équipe composée des hommes les plus puissants du pays, capables d’un geste de créer et de détruire des alliances, des carrières et des contrats industriels ou financiers. Les résultats sont négatifs. Des promesses électorales non tenues[37], le relèvement de l’âge de la retraite à 62 ans, qui a entraîné une grève générale[38], l’expulsion des Roms[39] et la création d’une nouvelle « classe » de sous-classes, la nomination d’un nouvel exécutif aux tendances clairement droitières, qui a attiré les foudres du Vatican et la désapprobation de l’UE et de l’ONU[40] sur la France. La France subit les effets de la crise : des réformes modestes et une dette publique qui augmente à un rythme sans précédent, du chômage et une baisse du pouvoir d’achat[41].

Mais Verdeaux est intouchable car, avec son attachée de presse Vèronique Rampazzo, le musicien Julien Civange, Pierre Charon (surnommé « l’œil du Président« ), Verdeaux fait partie des quatre mousquetaires de Carla Bruni[42], l’homme qui choisit ses initiatives publiques, écrit tous ses discours[43] et coordonne son équipe de fidèles[44]. Carla Bruni-Sarkozy, « la Présidente« , décide pendant la crise de nominations importantes, notamment de ministres, discute des droits de l’homme avec des diplomates étrangers et devient, dans le dos de son mari, la femme la plus influente de l’histoire de la République française[45].

Carla a présenté Sarkozy à ses amis et à ses proches, et le mari du Top Model les a récompensés – des gens de gauche comme Frédéric Mitterrand (ministre de la culture et ensuite directeur de l’Académie française à la Villa Médicis à Rome[46]), Philippe Val (ex-directeur de l’hebdomadaire « Charlie Hebdo« , aujourd’hui directeur de la radio publique France Inter[47]), Marin Karmitz (producteur de cinéma, puis délégué général du Conseil[48]), Luc Gruson (mari de la gouvernante de Carla et de sa sœur, aujourd’hui directeur du Musée de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris)[49].

En avril 2009, la Fondation Carla Bruni-Sarkozy[50] est installée dans un bureau discret de la rue La Boétie, non loin de l’Élysée, et est dirigée par un intermédiaire, Grégoire Verdeaux[51] . La fondation est enregistrée aux États-Unis, ce qui lui permet de collecter des fonds auprès de généreux donateurs new-yorkais. Ces fonds servent à développer des projets pour les sans-abri, à améliorer l’environnement carcéral, à aider les personnes handicapées et à faciliter l’accès aux grandes écoles, par la création de bourses, pour les jeunes issus de quartiers difficiles[52].

La priorité de Verdeaux est de convaincre ceux qui financent déjà UNITAID de financer également la Fondation de Carla Bruni[53]. UNITAID est maintenant dirigée par l’ancien ministre des affaires étrangères Philippe Douste-Blazy[54] , et a les mêmes sponsors que Carla : la taxe sur les billets d’avion introduite en 2006 par les présidents Lula et Chirac ; Chirac lui-même (environ 50% des paiements à UNITAID[55]) et, soudainement, Nicolas Sarkozy [56]. En 2013, Carla Bruni a été accusée d’avoir dépensé 410 000 euros de l’État sur le site web de sa fondation alors qu’elle était première dame – un site qui, selon une pétition, vaut environ 10 000 euros – une pétition signée par plus de 127 000 personnes[57] exigeant que Mme Bruni rende l’argent [58]. L’argent a maintenant disparu : le site s’est effondré le jour de son inauguration en raison d’un « trop grand nombre de visiteurs » et n’a jamais été réactivé[59].

En 2012, Carla est accusée d’avoir usé de son influence pour dissimuler des fonds à un mousquetaire : selon les accusations, Carla Bruni a persuadé le Global Fund[60] , une riche organisation caritative médicale pour laquelle elle agit en tant qu' »ambassadrice« , d’allouer 3,5 millions de dollars (2,7 millions d’euros) à l’ami de Bruni-Sarkozy, Julien Civange, afin qu’il puisse développer une campagne de lutte contre le sida[61] . Civange est un musicien et un homme d’affaires, conseiller de la fondation et ami proche de la famille[62]. Carla nie les chiffres[63], mais le comportement illicite est admis.

Du lobbying déguisé au lobbying officiel

Julien Civange et Carla Bruni-Sarkozy le 9 janvier 2012[64]

Grégoire Verdeaux est parti juste à temps en 2011 (remplacé par Carine Trividic qui occupait le même poste au ministère de l’Éducation nationale)[65]. Il est remplacé par Carine Trividic, qui occupait le même poste au ministère de l’Éducation nationale, avant l’élection présidentielle de 2012, perdue sans appel au profit de Sarkozy, et le déclin qui a conduit en 2021 à des condamnations pour corruption d’un magistrat et financement illégal de la campagne présidentielle[66], même de la part du colonel Kadhafi[67]. Le bruit court à Paris que Verdeaux est parti à cause de la grossesse de Carla Bruni, qui aurait dû  » ralentir le rythme de ses activités « .[68] Un arrêt que Verdeaux n’a apparemment pas approuvé. En tout état de cause, sa démission l’a sauvé des conséquences éventuelles des scandales ultérieurs.

Verdeaux a travaillé comme directeur des politiques européennes à EDF Electricité De France (l’entreprise contrôlée à 83% par l’Etat[69] a été créée en 1946 pour nationaliser les actifs de diverses entreprises de production, de transport et de distribution d’électricité[70]) et fait maintenant partie, entre mars 2011 et octobre 2014, du personnel d’Henri Proglio, le patron d’EDF [71]. M. Verdeaux est chargé des stratégies énergétiques dans l’UE et dirige le bureau de représentation d’EDF à Bruxelles[72]. Proglio a le bon esprit pour Grégoire : fils de maraîchers d’Antibes, il a dirigé Veolia (leader mondial de la gestion des déchets et de la distribution d’eau) de 2000 à 2009 avant de passer à EDF, devenant célèbre (entre autres) pour avoir trouvé des emplois à d’innombrables parents de ministres et de députés, non seulement en France mais dans le monde entier[73].

EDF et la politique sont inséparables, comme le montre la liste des PDG : Gilles Ménage (directeur de cabinet de François Mitterrand), François Roussely (directeur de cabinet de Pierre Joxe), Edmond Alphandéry (ministre de l’économie d’Edouard Balladur[74]) jusqu’à Henri Proglio et Grégoire Verdeaux. Il s’agit d’une industrie à forte connotation militaire – elle est, entre autres, le premier producteur mondial d’énergie nucléaire[75]. Grégoire a joué un rôle clé dans l’autorisation de la centrale nucléaire d’Hinkley Point C dans le Somerset[76] (projet 2016[77] d’EDF et du gouvernement britannique, connu sous le nom de « centrale la plus chère du monde« )[78].

L’accord initial entre EDF Energy et CGN China General Nuclear Power Corporation représente environ 18 milliards de livres sterling, dont un tiers, par l’intermédiaire de CGN, est payé par l’État chinois[79]. En 2019, l’estimation est passée à 22,9 milliards de livres (également confirmée en 2021[80]), et il est certain que l’usine ne sera pas terminée en 2025 comme prévu[81]. Pendant ce temps, la valeur boursière d’EDF s’est effondrée, passant de plus de 150 milliards d’euros en 2008 à environ 30 milliards d’euros en 2017, et l’industrie nucléaire française est confrontée à une crise existentielle[82] . En outre, la CGN a été inscrite sur la liste noire du ministère américain du commerce pour avoir tenté d’acquérir des technologies et des matières nucléaires à usage militaire aux États-Unis[83].

Hinkley Point C a été un enjeu de la campagne de l’élection présidentielle française de 2017 : le Front national de Marine Le Pen était  » fondamentalement contre  » le projet, tandis qu’Emmanuel Macron y était favorable[84] . Henri Proglio n’allait jamais survivre à l’élection, car il était le numéro deux sur la liste noire de François Hollande (après Bernard Squarcini – directeur du renseignement[85]) . Son implacable ennemie, Anne Lauvergeon, proche de Hollande depuis leur passage à l’Élysée sous Mitterrand, l’avait désigné comme un membre de la  » loge P2  » : un clan de ministres, de conseillers et d’hommes d’affaires qui, selon elle, avaient comploté au cœur de l’État pour servir leurs intérêts particuliers[86]. Proglio a quitté EDF en 2014, rejeté par Emmanuel Macron, et Verdeaux a changé de voie une fois de plus.

Chantiers ouverts à Hinkley Point C[87]

Fin 2014, il a rejoint Vodafone en tant que directeur de la politique internationale du groupe (jusqu’en 2019)[88] . Il a mis en place une équipe basée sur de nouvelles stratégies agressives pour développer l’activité en Afrique et en Asie[89] : « Il s’est engagé directement avec des décideurs de haut niveau dans les institutions européennes et a supervisé la coordination des politiques, du lobbying, de l’antitrust, de la conformité et d’autres activités » [90]. Il était responsable des relations gouvernementales européennes de l’entreprise de télécommunications et a joué un rôle clé dans l’obtention de l’approbation de la Commission européenne pour l’acquisition d’Unitymedia (le réseau en Allemagne, en Hongrie, en Roumanie et en République tchèque) auprès de Liberty Global pour 18,4 milliards d’euros[91], ainsi que dans la promotion du concept de « Gigabit Society » de l’entreprise[92]. Chez Vodafone, M. Verdeaux est également responsable de la gestion des risques externes sur les marchés émergents tels que la Chine et les autres économies du G20[93].

Il est maintenant prêt à faire le grand saut[94]. En janvier 2020, il a signé avec l’un des plus grands cabinets de lobbying du monde, Hering Schuppener Consulting (à partir de juillet 2020, il s’appellera Finsbury Glover Hering), pour diriger son personnel à Bruxelles[95] – un poste créé spécialement pour lui[96], et il a été le premier à l’occuper[97]. M. Verdeaux se dit « ravi« [98] et a fait passer les dépenses de lobbying de Hering de moins d’un million d’euros à 1,7 million en un an seulement[99]. Même Hering est devenu trop petit pour lui. Après seulement 9 mois, le 1er septembre, il est devenu vice-président principal des affaires extérieures de Philip Morris International (PMI)[100] : « Pendant 10 ans, ma vie a été consacrée à la promotion et à la réglementation de l’énergie sans carbone, puis à la 5G et à la fibre, de sorte que le défi de la transformation me semble maintenant assez familier »[101]. Un défi gigantesque : empêcher la fin de l’empire du plus grand cigarettier du monde dans les années où le tabagisme est progressivement interdit dans la plupart des régions du monde.

Lobbying et « portes tournantes”

Le philosophe et homme politique athénien Démosthène, le premier à s’intéresser aux lois sur le lobbying[102]

Le lobbying a toujours existé. Ce n’est pas illégal, mais seulement parce qu’il existe un accord tacite pour acheter et vendre des faveurs au mépris de la transparence, de l’intégrité et de l’équité des institutions : depuis l’époque de l’Acropole athénienne et du Sénat romain, si vous avez suffisamment d’argent, vous pouvez acheter les votes des députés, des hommes politiques et même des dirigeants. Ce phénomène est la principale cause des conflits d’intérêts. Les Français l’appellent « pantouflage » et les Britanniques ont inventé le terme « revolving doors« , en référence à la carrière de ceux qui, hier, couvraient les rôles de fonctionnaires et qui, aujourd’hui, sont payés pour exercer des pressions sur ceux qui les ont remplacés.

En 2009, les deux chambres du Parlement français, l’Assemblée nationale et le Sénat, ont lancé un certain nombre d’initiatives visant à réglementer les activités de lobbying en leur sein, afin d’assurer une plus grande transparence de la vie politique et de prévenir certaines des relations illicites entre les parlementaires et les groupes d’intérêts commerciaux et diplomatiques[103]. Tout d’abord, il a été décidé en 2016 de créer un registre national des représentants d’intérêts[104]. Lors de leur enregistrement, les lobbyistes doivent indiquer les ressources humaines dont dispose leur organisation pour faire du lobbying, ainsi que les actes couverts par leur activité, bien qu’ils ne soient pas tenus de divulguer, après avoir déclaré l’identité de leurs clients, le montant de leurs débours[105].

C’est ainsi que naissent les « groupes d’amitié parlementaires« [106]. Ce sont des associations de parlementaires qui ont un intérêt particulier pour un pays étranger et qui cherchent à tisser des liens politiques, économiques, sociaux et culturels entre les parlementaires français et étrangers[107]. Les groupes d’amitié peuvent également recevoir des ambassadeurs ou d’autres personnalités, ainsi que des personnalités françaises impliquées dans des activités de coopération avec ce pays ; ils peuvent servir de point d’appui pour les activités de coopération et promouvoir des groupes d’étude dans lesquels l’influence d’un pays ou d’une entreprise donnée sur le Parlement français est discutée[108].

Pour pouvoir créer un groupe d’amitié et organiser un peloton d’amis au Parlement, le pays concerné doit déjà avoir des relations diplomatiques avec la France et être membre de l’ONU. Pour les autres, l’Assemblée peut créer un « groupe d’étude international » : c’est le cas pour la Corée du Nord, le Kosovo, la Libye, la Palestine, Taïwan et le Vatican[109] . Le groupe individuel n’a pas de budget propre, mais puise dans une enveloppe globale de 450 000 € par an (2015) dédiée aux réceptions et missions, et strictement réglementée [110]: la France paie les billets d’avion des députés et le pays d’accueil paie leur séjour – même si dans certains cas, comme à Cuba, l’Assemblée tient compte de la situation économique et prend en charge la totalité du voyage[111]… Les audiences se déroulent à huis clos, bien que (seulement officiellement) depuis décembre 2017 le tabac et les drogues aient été exclus de la liste des groupes d’étude[112].

Et c’est pourquoi Philip Morris a appelé Grégoire Verdeaux – l’entreprise a derrière elle un demi-siècle de campagnes de lobbying et de relations avec des politiciens du monde entier qui l’aident, si nécessaire, à modifier les lois et les contrats[113] . En France notamment, les liens entre les « groupes d’amitié » et les PME sont particulièrement frappants – et c’est à juste titre qu’un professionnel comme Verdeaux est appelé à les gérer, en premier lieu les groupes franco-égyptiens[114] et franco-arabes[115].

La présidente du premier groupe, Sonia Krimi[116], a organisé le Forum parlementaire sur la sécurité du renseignement à Paris en 2019, dont les intervenants comprenaient un homme de Philip Morris[117]. La même année, Krimi a contribué au lancement d’une loi sur le renforcement des sanctions fiscales et pénales du commerce du tabac en vrac (qui représente 25-30% en France), en ajoutant l’obligation de traçabilité des produits[118] – un projet qui avait déjà commencé en Italie en 2015 et dont la gestion a été confiée à PMI [119]. En novembre 2019, Krimi a signé un nouveau projet de loi interdisant (comme demandé par Philip Morris)[120] la commercialisation de cigarettes avec un filtre non compostable[121].

     Sonia Krimi[122]

Bérengère Poletti, Républicaine, membre de la Commission des affaires étrangères[123]) soutient plusieurs initiatives de Sonia Krimi (comme son collègue de parti Jean-Luc Reitzer[124]), telles que la proposition de loi relative à l’augmentation des taxes et des sanctions pénales sur le commerce du tabac en vrac[125], la proposition de loi relative à la standardisation des emballages[126], la proposition de loi relative à l’augmentation des taxes sur le tabagisme[127] et la proposition de loi relative à l’interdiction des cigarettes à filtre non compostable[128]. Cette dernière proposition est également signée par le président du groupe d’amitié franco-saoudien, Jean-Baptiste Moreau[129] .

Jérôme Lambert[130], quant à lui, membre de la commission des affaires étrangères et du groupe d’amitié franco-égyptien[131], avait déjà déposé en 2015 des amendements au nom de (notamment) Philip Morris contre une augmentation des taxes sur le tabac, qui avait alors été redéposé par 32 députés de tous bords[132], dont Robin Reda[133] , vice-président du groupe franco-égyptien, favorable à la légalisation du cannabis et contre l’interdiction du tabac[134].

Il y a le cas très particulier du multimilliardaire Olivier Dassault[135] , l’homme qui dirige l’industrie qui produit les jets privés Falcon et les avions de chasse Mirage et Rafale, membre du Parlement français pour les Républicains, qui est décédé en mars 2021 à l’âge de 69 ans dans un accident d’hélicoptère en Normandie[136] :  préoccupé par la contrefaçon et la contrebande de tabac, depuis des années accusateur des concurrents de Philip Morris, lorsque le gouvernement français a proposé d’introduire des paquets standardisés[137], il a signé (avec 40 autres députés) une lettre contre une taxation supplémentaire (avec Jérôme Lambert[138]) . Il l’a signé en tant que membre du conseil d’administration de la Fondation Interpol pour un monde plus sûr, une ONG qui soutient financièrement Interpol et qui est à son tour promue par des multinationales privées, dont Philip Morris[139].

Tout est régulier, tout est légal, pas de scandale. Philip Morris, comme d’autres entreprises, a le droit d’utiliser le réseau de relations de ses dirigeants pour obtenir une influence dans la législation nationale. Personne n’est corrompu, car tout se passe dans le cadre de structures légalement reconnues, selon des systèmes en vigueur depuis plus d’un siècle et demi, tel qu’il est décrit dans « L’âge d’or« [140], le roman satirique sur la politique fédérale américaine publié en 1873 par Mark Twain et Charles Dudley Warner – un roman qui est plus que jamais d’actualité[141]. Les hommes politiques sont persuadés par la dialectique, puis ils gagnent un peu d’argent en tant qu’orateurs lors de conférences internationales, reçoivent des dons électoraux officiels, apprécient de voir leurs initiatives philanthropiques soutenues par de grandes sociétés multinationales, font partie d’un petit cercle de personnes élevées.

Des cercles dans lesquels les personnes les plus actives sont celles comme Grégoire Verdeaux. On peut vraiment dire de lui que celui qui trouve un ami trouve un trésor – et, peut-être aussi, celui qui le gère et l’augmente pour vous, sans qu’aucune faute ou réputation personnelle ne soit affectée.


[1] https://www.largomento.com/francia-michel-barnier-vicino-a-macron/

[2] https://www.lemondedutabac.com/pmi-gregoire-verdeaux-un-recrutement-significatif/

[3] http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/13/36/11/Biographie-de-Gregoire-Verdeaux-en-francais.pdf

[4] http://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/gregoire-verdeaux-l%e2%80%99auvernat-de-la-maison-carla-1-1826#more-1826

[5] https://www.sciencespo.fr/en

[6] https://www.pmi.com/media-center/press-releases/press-release-details/?newsId=22736

[7] https://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/les-aventures-de-g-verdeaux-copain-de-carla-2-1830

[8] https://www.lesechos.fr/2008/10/gregoire-verdeaux-500586

[9] https://www.europarl.europa.eu/meps/it/72776/MICHEL_BARNIER/history/7 ; https://www.senat.fr/senateur/barnier_michel95008d.html ; https://it.wikipedia.org/wiki/Michel_Barnier

[10] http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/13/36/11/Biographie-de-Gregoire-Verdeaux-en-francais.pdf

[11] https://www.lesechos.fr/2008/10/gregoire-verdeaux-500586

[12] http://gregoireverdeaux.over-blog.com/pages/Biographie-en-anglais-4129864.html

[13] https://www.britannica.com/topic/Rally-for-the-Republic

[14] https://www.leparisien.fr/yvelines-78/le-rpf-de-jacques-myard-prend-ses-marques-14-12-2000-2001825211.php

[15] https://www.leparisien.fr/yvelines-78/la-droite-veut-manger-la-gauche-28-12-2000-2001854324.php

[16] https://www.lesechos.fr/2008/10/gregoire-verdeaux-500586 ; http://gregoireverdeaux.over-blog.com/pages/Biographie-en-anglais-4129864.html

[17] https://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/les-aventures-de-g-verdeaux-copain-de-carla-2-1830

[18] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[19] http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/13/36/11/Biographie-de-Gregoire-Verdeaux-en-francais.pdf

[20] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[21] http://ibiworld.eu/wp-content/uploads/2020/09/Le-Lobby-Anti-Qatar-1.pdf, pages 32-33

[22] https://www.repubblica.it/2004/i/sezioni/esteri/iraq33/giornfranc/giornfranc.html ; https://www.lefigaro.fr/international/2006/05/22/01003-20060522ARTWWW90400-l_histoire_secrete_du_retour_des_otages.php

[23] https://www.theage.com.au/national/life-on-planet-bin-laden-20041225-gdz98u.htmlhttps://www.ilgiornale.it/news/riscatto-che-chirac-non-ammette.html

[24] https://www.vie-publique.fr/discours/145285-entretiens-de-m-michel-barnier-ministre-des-affaires-etrangeres-avec ; https://www.vie-publique.fr/discours/144403-intervention-de-m-michel-barnier-ministre-des-affaires-etrangeres-dev

[25] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[26] https://web.archive.org/web/20200818095822/https:/www.undp.org/content/undp/en/home/sustainable-development-goals/

[27] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[28] http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/13/36/11/Biographie-de-Gregoire-Verdeaux-en-francais.pdf

[29] https://unitaid.org/#en

[30] http://gregoireverdeaux.over-blog.com/pages/Biographie-en-anglais-4129864.html

[31] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[32] https://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.geruechte-um-carla-bruni-frankreich-ist-in-guter-hoffnung.7e9ca60d-d2b6-4463-899a-bc94e860ddde.html

[33] https://www.lesechos.fr/2008/10/gregoire-verdeaux-500586

[34] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[35] https://www.lsa-conso.fr/annuaire-professionnels-grande-consommation/verdeaux-gregoire/189082 ; https://www.lemonde.fr/societe/article/2010/04/13/m-sarkozy-recadre-le-travail-de-ses-conseillers-a-l-elysee_1332876_3224.html

[36] https://www.lemonde.fr/politique/article/2010/04/13/nicolas-sarkozy-recadre-le-travail-de-ses-conseillers-a-l-elysee_1332796_823448.html

[37] https://www.rivistailmulino.it/a/nicolas-sarkozy

[38] https://www.repubblica.it/esteri/2010/10/19/news/sciopero_francia_scontri-8223548/

[39] https://www.ilfattoquotidiano.it/2010/08/19/rom-sarkozy-va-avanti-con-le-espulsioni-ma-ora-e-polemica-con-romania-e-ue/51406/ ; https://sfi.usc.edu/education/roma-sinti/it/questioni-aperte/intercultura/la-guerra-ai-rom-conflitto-sociale/i-rom-espulsi.php

[40] Francia, La regina dell’Eliseo, L’Italienne; Espresso 37, 2010, Page 37. See more: https://issuu.com/paolosecondini/docs/espresso_37_2010

[41] https://www.lavoce.info/archives/25718/le-piccole-care-riforme-di-sarkozy/

[42] https://www.lemonde.fr/societe/article/2010/04/13/m-sarkozy-recadre-le-travail-de-ses-conseillers-a-l-elysee_1332876_3224.html

[43] http://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/carla-gregoire-verdeaux-et-les-financements-innovants-4945 ; http://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/gregoire-verdeaux-l%e2%80%99auvernat-de-la-maison-carla-1-1826#more-1826

[44] Francia, La regina dell’Eliseo, L’Italienne; Espresso 37, 2010, Page 38. See more: https://issuu.com/paolosecondini/docs/espresso_37_2010

[45] Francia, La regina dell’Eliseo, L’Italienne; Espresso 37, 2010, Page 36. See more: https://issuu.com/paolosecondini/docs/espresso_37_2010

[46] https://www.villamedici.it/direttori/frederic-mitterrand/

[47] https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/philippe-val-l-ami-qui-derange-17-05-2009-516196.php ; https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/philippe-val-jetais-ami-avec-carla-bien-avant-quelle-ne-rencontre-nicolas-sarkozy_425523

[48] https://www.palazzograssi.it/it/artisti/marin-karmitz/ ; Francia, La regina dell’Eliseo, L’Italienne; Espresso 37, 2010, Page 38. See more: https://issuu.com/paolosecondini/docs/espresso_37_2010

[49] https://www.quotidiano.net/esteri/2010/04/13/317967-parigi_marito.shtml ; https://www.corriere.it/esteri/10_aprile_13/marito-governante-bruni-direttore_34e70920-46f2-11df-be6f-00144f02aabe.shtml

[50] La fondazione è stata chiusa nel Giugno 2019, see also: https://www.fondationdefrance.org/fr/presentation-de-la-fondation-carla-bruni-sarkozy ; https://www.parismatch.com/People/Carla-Bruni-annonce-la-fin-d-une-aventure-qui-lui-tenait-a-coeur-1631058 

[51] https://www.lefigaro.fr/international/2009/09/23/01003-20090923ARTFIG00061-carla-sarkozy-en-mission-pour-sa-fondation-.php

[52] https://www.lefigaro.fr/international/2009/09/23/01003-20090923ARTFIG00061-carla-sarkozy-en-mission-pour-sa-fondation-.php ; https://www.fondationdefrance.org/fr/presentation-de-la-fondation-carla-bruni-sarkozy

[53] http://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/carla-gregoire-verdeaux-et-les-financements-innovants-4945

[54] https://www.lemonde.fr/international/article/2010/09/22/bataille-au-sommet-autour-de-la-manne-de-la-taxe-sur-les-billets-d-avion_1414619_3210.html

[55] https://www.lemonde.fr/international/article/2010/09/22/bataille-au-sommet-autour-de-la-manne-de-la-taxe-sur-les-billets-d-avion_1414619_3210.html

[56] https://www.lemonde.fr/international/article/2010/09/22/bataille-au-sommet-autour-de-la-manne-de-la-taxe-sur-les-billets-d-avion_1414619_3210.html

[57] https://www.change.org/p/carla-bruni-faites-don-des-410000-d-argent-public-d%C3%A9pens%C3%A9s-pour-votre-site-personnel-carlafaitesundon

[58] https://www.theguardian.com/culture/2013/jul/26/carla-bruni-sarkozy-foundation-website

[59] https://www.theguardian.com/world/2009/oct/05/carla-bruni-sarkozy-website-crashes

[60] https://www.theglobalfund.org/en/

[61] https://www.rfi.fr/en/europe/20120107-carla-bruni-sarkozy-charity-accused-handing-aids-fight-funds-friends ; https://www.lesinrocks.com/actu/julien-civange-le-conseiller-rock-de-carla-bruni-20192-08-02-2012/ ; https://www.thetimes.co.uk/article/bruni-under-fire-over-charity-grant-to-friend-bw096rtq6dc

[62] https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/27/l-etrange-conseiller-de-carla-bruni_1635549_1471069.html

[63] https://www.rfi.fr/en/europe/20120107-carla-bruni-sarkozy-charity-accused-handing-aids-fight-funds-friends

[64] https://www.lesinrocks.com/actu/julien-civange-le-conseiller-rock-de-carla-bruni-20192-08-02-2012/

[65] https://www.nouvelobs.com/politique/off-de-l-obs/20110527.OBS4041/nicolas-sarkozy-papa-en-campagne.html

[66] https://www.ilsole24ore.com/art/sarkozy-condannato-3-anni-cui-di-carcere-lo-scandalo-intercettazioni-ADiOC1MB?refresh_ce=1 ; https://www.repubblica.it/esteri/2021/03/17/news/francia_ancora_guai_per_sarkozy_di_nuovo_in_tribunale_finanziamento_illegale_della_campagna_del_2012_-292562147/

[67] https://www.jeuneafrique.com/1061646/politique/affaire-sarkozy-kadhafi-chronique-dun-potentiel-scandale-detat/

[68] https://www.nouvelobs.com/politique/off-de-l-obs/20110527.OBS4041/nicolas-sarkozy-papa-en-campagne.html

[69] https://www.edf.fr/en/the-edf-group/dedicated-sections/investors-shareholders/the-edf-share/capital-structure

[70] https://controverses.sciences-po.fr/archive/nucleaire/acteurs-index-edf.html

[71] https://www.challenges.fr/magazine/henri-proglio-embauche-a-l-elysee-vendredi-11_346117

[72] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[73] https://www.marianne.net/economie/henri-proglio-le-pole-emploi-des-fils-papa-0

[74] https://controverses.sciences-po.fr/archive/nucleaire/acteurs-index-edf.html

[75] https://www.edf.fr/en/the-edf-group/dedicated-sections/investors-shareholders/financial-and-extra-financial-performance/nuclear-generation

[76] https://www.edfenergy.com/energy/nuclear-new-build-projects/hinkley-point-chttps://www.prweek.com/article/1670341/vodafone-international-policy-director-joins-hering-schuppener

[77] https://www.theguardian.com/business/2016/jul/28/hinkley-point-c-to-go-ahead-after-edf-board-approves-project ; https://www.gov.uk/government/news/government-confirms-hinkley-point-c-project-following-new-agreement-in-principle-with-edf

[78] https://www.theguardian.com/news/2017/dec/21/hinkley-point-c-dreadful-deal-behind-worlds-most-expensive-power-plant

[79] https://www.bbc.com/news/business-34587650

[80] https://www.bbc.com/news/uk-england-somerset-55823575

[81] https://www.newscientist.com/article/2217725-could-rising-costs-at-hinkley-point-c-end-the-uks-nuclear-ambitions/#ixzz60jO0O0Fx ; https://www.bbc.com/news/uk-england-somerset-55823575

[82] https://www.theguardian.com/news/2017/dec/21/hinkley-point-c-dreadful-deal-behind-worlds-most-expensive-power-plant

[83] https://www.pillsburylaw.com/en/news-and-insights/china-industry-entity-list.html ; https://www.scmp.com/business/companies/article/2002539/china-general-nuclear-power-accused-espionage-its-adviser-us

[84] https://web.archive.org/web/20170411190457/http://www.telegraph.co.uk/business/2017/04/10/marine-le-pen-could-pull-plug-hinkley-point-project-elected/

[85] https://www.nouvelobs.com/magazine/20131121.OBS6351/l-indeboulonnable-monsieur-proglio.html

[86] https://www.nouvelobs.com/magazine/20131121.OBS6351/l-indeboulonnable-monsieur-proglio.html

[87] https://www.nexans.com/newsroom/news/details/2020/12/nexans-to-supply-nuclear-rated-cables-hinkley-point-c-project.html

[88] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[89] https://ch.linkedin.com/in/gregoire-verdeaux-43b8883

[90] https://www.pmi.com/media-center/press-releases/press-release-details/?newsId=22736

[91] https://www.telecompaper.com/news/vodafone-completes-takeover-of-unitymedia-upc-from-liberty-global–1303012 ; https://www.broadbandtvnews.com/2019/07/31/liberty-global-completes-vodafone-cable-deal/

[92] https://www.vodafone.com/business/why-vodafone/gigabit-society ; https://www.corriere.it/economia/17_dicembre_12/vodafone-lancia-gigabit-society-milano-citta-capofila-5g-850d52c2-dea4-11e7-b187-5e2bcfb79ac2.shtml

[93] https://www.prweek.com/article/1670341/vodafone-international-policy-director-joins-hering-schuppener

[94] https://www.prweek.com/article/1670341/vodafone-international-policy-director-joins-hering-schuppener

[95] https://fgh.com/about ; https://web.archive.org/web/20190914042127/http:/www.heringschuppener.com/wer-wir-sind/

[96] https://www.politik-kommunikation.de/personalwechsel/verdeaux-leitet-bruesseler-buero-von-hering-schuppener-1477140830

[97] https://fgh.com/ ; https://www.prweek.com/article/1670341/vodafone-international-policy-director-joins-hering-schuppener

[98] https://www.prweek.com/article/1670341/vodafone-international-policy-director-joins-hering-schuppener

[99] https://lobbyfacts.eu/representative/e42612ce07f444c3b179c0701f77f98f/hering-schuppener-consulting-corporate-affairs-public-strategies-gmbh

[100] https://www.pmi.com/who-we-are/our-leadership-team

[101] https://www.politico.eu/newsletter/politico-eu-influence/politico-eu-influence-golfgate-uk-splashes-cash-germanys-tax-agenda/

[102] https://www.ucm.es/data/cont/docs/106-2016-05-03-6.%20Annabella%20ORANGES.pdf

[103] https://temi.camera.it/leg17/post/la_disciplina_dell_attivit__di_lobbying_in_francia__germania__regno_unito_e_usa-1.html?tema=temi/lobbying

[104] http://www.lobbyingitalia.com/2016/06/francia-registro-lobbisti/

[105] http://www.senat.fr/role/groupes_interet.html ; http://www.lobbyingitalia.com/2016/06/francia-registro-lobbisti/

[106] https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733032 ; https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733482

[107] https://www2.assemblee-nationale.fr/europe-et-international/activites-parlementaires-internationales/les-groupes-d-amitie-parlementaires#node_8836

[108] https://www2.assemblee-nationale.fr/europe-et-international/activites-parlementaires-internationales/les-groupes-d-amitie-parlementaires#node_8836

[109] https://www.liberation.fr/france/2015/04/14/au-parlement-petite-diplomatie-entre-amis_1241265/

[110] https://www.liberation.fr/france/2015/04/14/au-parlement-petite-diplomatie-entre-amis_1241265/

[111] https://www.liberation.fr/france/2015/04/14/au-parlement-petite-diplomatie-entre-amis_1241265/

[112] https://lesjours.fr/obsessions/les-lobbyistes/ep8-groupes-etudes-parlementaires/

[113] http://ibiworld.eu/2021/01/07/la-philip-morris-va-alla-guerra-alleata-a-suprematisti-populisti-e-sceicchi-arabi/

[114] https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733032

[115] https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733482

[116] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA720202

[117] http://www.oliviercadic.com/wp-content/uploads/2019/06/Programme-Forum2019.pdf

[118] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/docs/PIONANR5L15B2422.raw

[119] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-8-2015-014898_IT.html

[120] https://www.pmi.com/sustainability/reducing-plastic-litter ; https://www.pmi.com/sustainability/reporting-on-sustainability/littering-prevention-progress-2020

[121] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2384_proposition-loi

[122] https://www.soniakrimi.fr/votre-d%C3%A9put%C3%A9e

[123] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA267260

[124] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA2529

[125] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2422_proposition-loi

[126] https://www.lemondedutabac.com/paquet-a-10-euros-a-lassemblee/ ; https://www.lemondedutabac.com/paquet-neutre-qui-a-vote-quoi-en-commission/

[127] https://www.lemondedutabac.com/substituts-nicotiniques-meilleur-remboursement-pour-les-jeunes/ ; https://www.lemondedutabac.com/taxation-amendements-touraine-retires/

[128] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2384_proposition-loi

[129] https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733482

[130] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA1809

[131] https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733032

[132] https://lelab.europe1.fr/Des-deputes-UMP-PS-PCF-et-Radicaux-deposent-32-copies-du-meme-amendement-a-la-loi-Macron-sur-demande-du-conseil-superieur-du-Notariat-20644

[133] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA721678

[134] https://revuedestabacs.com/blog/assembl%C3%A9e-nationale-la-mission-veut-acc%C3%A9l%C3%A9rer-lexp%C3%A9rimentation-et-p%C3%A9renniser-la-fili%C3%A8re/ ; https://revuedestabacs.com/blog/les-ventes-de-cigarettes-peuvent-cesser-dici-10-%C3%A0-15-ans-dans-de-nombreux-pays/

[135] https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA998

[136] https://www.corriere.it/economia/aziende/21_marzo_08/olivier-dassault-morto-un-incidente-aereo-chi-era-miliardario-francese-falcon-rafale-figaro-07fa44be-7ff2-11eb-a06c-fddde4eb7de2.shtml

[137] https://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-99330QE.htm

[138] https://www.lejdd.fr/Politique/40-deputes-de-tous-bords-deposent-le-meme-amendement-pour-limiter-les-taxes-du-tabac-704376

[139] https://www.franceinter.fr/monde/fondation-interpol-un-mode-de-financement-qui-intrigue

[140] https://librivox.org/search?title=The+Gilded+Age&author=Twain&reader=&keywords=&genre_id=0&status=all&project_type=either&recorded_language=&sort_order=catalog_date&search_page=1&search_form=advanced

[141] https://marktwainhouse.org/event/uconn-forum-mark-twain-and-political-corruption-the-gilded-age-today/

IBI World Limited

IBI World Limited

Info Brokers International est une société de chercheurs indépendants italiens, russes et allemands, issus du journalisme économico-financier, du système bancaire ou de travaux universitaires. Depuis 2004, nous nous adressons aux entreprises de toutes sortes d’informations financières, économiques et législatives, mettant à la disposition du client un impressionnant réseau de relations professionnelles, construit au cours de décennies d’activité, dans les milieux politiques, financiers, industriels et judiciaires. Nous opérons principalement en Europe, Asie et Afrique et dans les principales juridictions Offshore.

Sign up for our Newsletter