Des experts de l’ONU réclament une enquête sur le piratage présumé du téléphone du patron d’Amazon par Riyad

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

C’est une histoire d’espionnage rocambolesque, dont les développements pourraient se révéler explosifs. L’Arabie saoudite a-t-elle piraté le téléphone du fondateur et patron d’Amazon, Jeff Bezos, par ailleurs propriétaire du Washington Post ? Deux experts des Nations unies (ONU) ont estimé, mercredi 22 janvier, que « le piratage présumé du téléphone de M. Bezos, et de ceux d’autres personnes, exige une enquête immédiate de la part des autorités américaines et des autres autorités compétentes ».

Agnès Callamard, rapporteuse sur les exécutions extrajudiciaires, et David Kaye, rapporteur sur la liberté d’expression, ont été nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour éclaircir cette affaire, bien qu’ils ne parlent pas officiellement au nom de l’ONU. Ils demandent que l’enquête porte notamment sur « l’implication directe et personnelle du prince héritier dans les efforts visant à cibler les opposants présumés ».

Cette intrusion dans l’appareil du fondateur d’Amazon, commise il y a deux ans, a conduit à la publication d’images intimes de M. Bezos. Ce quotidien employait comme chroniqueur Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien critique envers Riyad qui a été assassiné le 2 octobre 2018 au consulat saoudien à Istanbul.

« Réduire au silence le “Washington Post” »

Les rapporteurs de l’ONU affirment avoir reçu des informations qui « suggèrent l’implication possible du prince héritier dans la surveillance de M. Bezos, dans un effort pour influencer la manière, dont le Washington Post informait sur l’Arabie saoudite, voire réduire au silence [ce journal] ». Ce piratage présumé « renforce les informations faisant état d’un programme de surveillance ciblée des personnes perçues comme étant des opposants et de celles qui revêtent une importance stratégique » aux yeux de Riyad.

Les rapporteurs spéciaux de l’ONU ont d’ailleurs estimé que les circonstances de ce piratage présumé montrent qu’il faut une enquête approfondie sur les « allégations selon lesquelles le prince héritier aurait ordonné, encouragé ou, au moins, aurait eu connaissance des préparatifs » de l’opération visant à tuer Jamal Khashoggi.

Les deux experts ont eu accès aux conclusions de l’analyse technique de l’iPhone de M. Bezos effectuée en 2019. Selon ce travail d’investigation, le prince héritier et le patron d’Amazon avaient échangé leurs numéros de téléphone le mois précédant l’intrusion numérique, le 1er mai 2018. C’est à cette date que Jeff Bezos avait reçu un fichier vidéo MP4 envoyé depuis un compte utilisé par le prince héritier saoudien. Peu après avoir ce message, une grande quantité de données ont été extraites du téléphone de M. Bezos, selon le Washington Post.

Les experts affirment que cette extraction de données a continué de façon inaperçue pendant plusieurs mois. L’analyse a également montré que les pirates semblent avoir employé un type de logiciel espion utilisé dans d’autres cas de surveillance saoudiens, comme le logiciel malveillant Pegasus-3 du groupe NSO.

L’enquête des experts de l’ONU,dont les conclusions doivent être rendues publiques en juin,corrobore les conclusions auxquelles sont parvenus les spécialistes mandatés par Jeff Bezos. Le milliardaire américain avait en effet engagé la société Gavin de Becker & Associates pour découvrir comment des messages et photographies privées avaient pu parvenir au National Enquirer. La publication par ce journal tabloïd des textos passionnés échangés entre Jeff Bezos et Lauren Sanchez, une ancienne présentatrice de télévision avec qui il entretenait une relation extraconjugale, avait conduit Jeff Bezos à divorcer.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Affaire Khashoggi : l’entourage de « MBS » blanchi par la justice saoudienne

Des questions difficiles pour Riyad

Ces informations risquent d’envenimer davantage les relations entre M. Bezos et le royaume saoudien, qui a admis sa responsabilité dans le meurtre de Jamal Khashoggi, largement couvert par le Post. L’ambassade d’Arabie saoudite aux Etats-Unis a réfuté sur Twitter l’ensemble de ces informations. Qualifiant ces allégations « absurdes », l’institution a elle aussi demandé une enquête « afin que toute la lumière soit faite sur ces faits ».Saudi Embassy@SaudiEmbassyUSA

Recent media reports that suggest the Kingdom is behind a hacking of Mr. Jeff Bezos’ phone are absurd. We call for an investigation on these claims so that we can have all the facts out.2 891Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité6 054 personnes parlent à ce sujet

Nul doute que l’onde de choc sera grande, de Wall Street à la Silicon Valley. Cela pourrait également saper les efforts de « MBS » pour attirer plus d’investisseurs occidentaux en Arabie saoudite, où il a promis de transformer économiquement le royaume, alors même qu’il a supervisé une répression contre ses détracteurs et ses rivaux.

Pour Gavin de Becker, l’enquêteur chargé de cette affaire par le PDG d’Amazon, il n’y a pas de doute : « Il est clair que “MBS” tient le Washington Post pour un ennemi majeur ».

La Source

DCTransparency Editorial

DCTransparency Editorial

Sign up for our Newsletter