Emirats : Le plus grand paradis du crime au monde

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

© IBI World Limited

Il existe un paradis fiscal qui n’a pas vraiment besoin de l’argent de l’évasion fiscale, car il figure toujours parmi les plus riches du monde. Les Émirats arabes unis ont créé des dizaines de secteurs hors la loi, avec lesquels ils gagnent des sommes d’argent impressionnantes, mais ils les utilisent pour transformer le pays : avec un secteur de la construction unique au monde, avec l’installation d’infrastructures de science-fiction, avec le dessalement de l’eau de mer pour transformer le désert en zones cultivables, mais surtout pour acquérir le pouvoir – un pouvoir qui doit être absolu, comme la monarchie locale, qui ne connaît d’autre loi que l’égoïsme de ses dirigeants, pour qui la vie humaine vaut moins que zéro. Ce qui compte vraiment, ce sont les armes et les systèmes de cybersécurité et d’attaque, les armées de mercenaires et les escadrons de la mort internationaux. Une bombe à retardement, qui risque d’exploser à tout moment, et qui se développe grâce au cynisme et à l’aveuglement des gouvernements occidentaux, alliés de ce terrifiant petit pays du Moyen-Orient. 

Lorsque l’on parle des Émirats arabes unis, l’esprit s’envole vers Dubaï. Et il ne pouvait en être autrement : c’est un lieu incroyable, le miroir de mondes futurs imaginaires. C’est le Disneyland de la consommation, et chaque bâtiment est conçu pour étonner : Burj Khalifa, avec ses 829,80 mètres, est le plus haut gratte-ciel du monde, mais c’est aussi une piste de ski intérieure, avec de la neige, alors qu’à l’extérieur la température caniculaire atteint 45°C. Et n’oublions pas les folles îles artificielles de Palm Jumeirah, Palm Jebel Ali et Palm Deira, preuve emblématique de la façon dont le capitalisme peut défier les lois de la physique – et détruire des écosystèmes vastes et délicats sans être perturbé[1].

Le clinquant et la modernité sont omniprésents, des bâtiments étincelants s’insèrent entre des structures étonnantes à la fonctionnalité incompréhensible : une exaltation de la richesse, démesurée et effrontée. Une armée de pauvres originaires d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Népal, du Sri Lanka, d’Indonésie, d’Éthiopie, d’Érythrée, de Chine, de Thaïlande, de Corée, d’Afghanistan, d’Iran et des Philippines[2]. Leurs passeports sont confisqués et leurs salaires refusés (souvent pendant des années[3]), ils vivent dans des camps-dortoirs faits de conteneurs empilés les uns sur les autres, dans d’immenses bidonvilles sans égouts ni eau potable ; ils dorment à six dans un espace de deux mètres sur quatre, prêts à aller travailler chaque jour pendant de longues heures sous une chaleur terrible, où la mort est un compagnon quotidien[4].

Un contraste horrible avec l’ostentation, générée non seulement par l’industrie pétrolière, mais aussi par la finance mondiale : banque, haute technologie, commerce et tourisme, et un marché immobilier florissant pour une population qui augmente à mesure que les riches Européens et Américains choisissent les Émirats comme refuge pour leurs biens – oligarques russes, banquiers taïwanais, commerçants libanais et investisseurs iraniens, tous des invités bien accueillis par un propriétaire qui ne leur demande aucune pièce d’identité – seulement leur compte bancaire. Dans les rues de cette mégalopole, on mène les affaires de l’un des plus impressionnants paradis fiscaux et carrefours de blanchiment d’argent de la planète. Un pays dirigé par un souverain qui est aussi le principal homme d’affaires – et qui réunit donc le pouvoir politique, religieux et économique entre les mains d’une seule famille.

Des pirates des perles aux puissants financiers

Les dirigeants des Emirats du Golfe se réunissent en 1968[5]

La fédération des Émirats arabes unis couvre une superficie de 83 600 km² (la taille de l’Autriche) et l’émirat d’Abou Dhabi, avec ses 67 000 km², occupe 86,7 % de la superficie du pays, qui est en grande partie couverte par un désert de sable aride aux frontières de l’Arabie saoudite, du Qatar et d’Oman. Habitée pendant des siècles par un peuple de marins et de chasseurs de perles, elle a été convertie à l’islam au VIIe siècle et son clan des Carmati a fondé un cheikhdom suffisamment puissant pour conquérir La Mecque – avant d’amorcer un rapide déclin, conduisant les tribus locales à survivre de la piraterie[6], dans une anarchie interrompue par l’armée britannique, qui a débarqué ici en 1820 et imposé la paix aux clans en 1853[7].

La côte, autrefois connue sous le nom de Côte des pirates, a changé de nom pour devenir l’Oman truqué, qui est nominalement un protectorat britannique, bien que l’armée de Sa Majesté ne s’intéresse guère à la région, et s’est finalement retirée en 1971, ouvrant la voie à la Fédération des Émirats arabes unis[8]. Le cheikh Zayed bin Al Nahyan, qui commande Abu Dhabi, ainsi que le cheikh Rashid Bin Saeed Al Maktoum de Dubaï, sont les défenseurs de l’accord conclu le 2 décembre 1971 entre les six émirats d’origine. Le septième émirat, Ra’s al-Khaimah, a rejoint la fédération l’année suivante[9], tandis que le Qatar et Bahreïn ont opté pour leur propre autonomie.

Après la première période d’après-guerre, des prospections géologiques pour le pétrole ont été menées dans les régions d’Abu Dhabi et de Dubaï – et trente ans plus tard, en 1962, la première cargaison de pétrole brut a été exportée[10]. L’essor économique vertigineux de l’émirat commence : les revenus pétroliers sont énormes et modifient profondément la morphologie du désert – avec la construction de ponts, de routes, de réseaux d’électricité et d’eau, d’un système de télécommunications et d’un aéroport, Jebel Ali. L’ensemble de la fédération, qui comptait en 1971 une population de 279 000 habitants, à la limite du nomadisme, se transforme rapidement en un centre économique vivant de plus de dix millions d’habitants[11].

Entre 1940 et 1977, la population de Dubaï est passée de 20 000 à 200 000 habitants, soit un quadruplement en dix ans seulement – et elle en compte aujourd’hui près de trois millions[12]. En 1990, au plus fort du boom urbain, le dirigeant de Dubaï, Rashid bin Sa’id Al Maktum, est décédé et son fils, Maktum bin Rashid Al Maktum, a pris sa place. Le nouveau cheikh est le premier à se demander comment maintenir sa richesse le jour où le pétrole viendra à manquer : Abu Dhabi dispose de réserves pour plus d’un siècle, tandis que les prévisions pour Dubaï sont extrêmement pessimistes – il reste très peu de temps[13]. Cela incite le cheikh à lancer de nombreux projets ambitieux dans les domaines du commerce, du tourisme et des services, de sorte que l’importance du pétrole s’estompe : alors que dans les années 1970, le pourcentage du PIB lié aux hydrocarbures était de 90 %, il était de 28,2 % en 2013[14].

Maktum bin Rashid a attiré l’attention du monde entier avec ses projets pharaoniques et a desserré l’étau d’une loi qui interdisait aux étrangers d’acheter des biens immobiliers et leur permet désormais d’acheter des biens dans des zones désignées sans avoir besoin de résidence – une décision qui a donné un énorme coup de fouet au marché immobilier au milieu des années 2000, lequel est aujourd’hui le pivot de l’économie de Dubaï : rien qu’en 2021, 84 772 transactions ont été enregistrées pour une valeur de 82 milliards de dollars, le nombre ayant augmenté de 65 % et la valeur de 71 % par rapport à l’année précédente[15]. Créé en 2004, le Dubai International Financial Centre (DIFC), zone économique spéciale, paradis fiscal et douanier[16], est un centre financier de 110 hectares pour les marchés du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Asie du Sud (MEASA), où opèrent désormais officiellement[17] 25 600 professionnels et 2 500 entreprises – un paradis parmi les paradis fiscaux.

La croissance fulgurante de Dubaï entre 1990 et 2015[18]

Il vous suffit d’un permis de séjour pour opérer dans le système bancaire : vous ouvrez un compte courant et pouvez transférer des fonds sans restriction et sans contrôle. Les banques qui ont ouvert des succursales ici (HSBC, Abbey National, ABN AmRo, Dresdner Bank, Barclays…) sont spécialisées dans le transfert non seulement d’argent, mais aussi de tout type de biens, même s’ils sont interdits ailleurs[19]. Cela explique la forte augmentation du nombre d’habitants : des nuées de riches arrivent avec leurs affaires cachées, et il faut beaucoup de travailleurs bon marché (90 % des habitants sont des travailleurs immigrés, la plupart originaires d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh… [20]). Et avec cette expansion rapide de Dubaï, Abu Dhabi commence à souffrir de la concurrence, il y a de l’animosité entre les cheikhs, et les Émirats risquent l’implosion politique. La solution est similaire à celle trouvée deux mille ans plus tôt dans la Rome monarchique : l’alternance entre les Latins et les Etrusques devient celle entre les Al Nahyan et les Al Maktoum[21].

Tous les hommes du Sheikh

La carte du pouvoir aux Émirats arabes unis[22]

Pour expliquer l’organisation des Émirats, étant donné qu’il s’agit d’une monarchie héréditaire, il suffit d’analyser les postes occupés par les hommes les plus puissants de chaque famille, à commencer par Mohammed bin Rashid Al Maktoum, troisième fils de Rashid bin Saeed Al Maktoum : 73 ans, ministre de la défense et premier ministre des Émirats arabes unis, depuis 1995 prince héritier de Dubaï et, depuis la mort de son frère le 4 janvier 2006, souverain de Dubaï. Connu pour sa vaste collection de Maybach, Ferrari, Rolls Royce, Lamborghini et Mercedes[23], il est le PDG d’Emirates Airline & Group[24], une filiale du groupe Emirates, propriété du gouvernement de Dubaï : la quatrième compagnie aérienne au monde. Il est propriétaire de 99,67 %[25] de Dubai Holding[26], qui compte quatre unités opérationnelles principales : Jumeirah Group[27], TECOM Investments[28], Dubai Properties Group[29] et Emirates International Telecommunications[30]: tourisme, centres commerciaux, construction et télécommunications.

En 2020, elle a racheté la société immobilière Meraas, l’une des plus importantes du pays[31], mais toutes les affaires ne se sont pas bien passées : en 2015, on a liquidé Dubai World[32], une holding qui administrait et gérait l’entretien de près d’une centaine de propriétés appartenant au gouvernement de Dubaï. Il s’agit notamment du terminal maritime DP World[33] (participation de 80 %[34]), de Dubai Maritime City[35] et de la société immobilière de luxe Nakheel Properties[36]. Il est le fondateur et propriétaire du Sheikh Maktoum Bin Mohammed Al Maktoum Investment Group (MIG) [37], une société holding d’investissement, puis a fondé Mohammed bin Rashid Global Initiatives[38], une fondation caritative qui coordonne 33 autres fondations caritatives.

En 2005, il a fondé la Mohammed bin Rashid School of Government[39] (aka Dubai School of Government), puis la compagnie aérienne à bas prix FlyDubai, et en 1997, il a fondé la société de gestion hôtelière Sheikh Mohammed, qui gère l’hôtel Burj Al Arab de Dubaï, qui fait désormais partie de Dubai Holding. Il est responsable du projet Palm Islands, du Burj Khalifa (le plus haut bâtiment du monde) et du Dubai Mall, le plus grand centre commercial du monde[40].

Depuis 1992, il est l’heureux propriétaire des écuries Godolphin (Émirats arabes unis, Angleterre, Irlande, Australie, Japon et États-Unis), dont les chevaux ont remporté plus de 6 000 courses dans le monde, dont 315 prestigieuses courses de groupe un. Il est également propriétaire du Darley Stud[41], la plus grande société d’élevage de pur-sang. Il possède le yacht Dubai de 162 mètres, le quatrième plus grand du monde, et pourtant, depuis 2008, il dissimule une partie indéterminée de sa fortune à l’étranger, par l’intermédiaire d’un réseau coordonné par Axiom Ltd. Tortola (îles Vierges), qui contrôle à son tour Tandem Investco Ltd. Tortola[42], Tandem DirectorCo Ltd. Tortola et Allied International Investments Ltd. Nassau (Bahamas) [43].

À Abu Dhabi, c’est plutôt la famille Al Nahyan qui est aux commandes, longtemps dirigée par Tahnoon bin Zayed Al Nahyan, conseiller à la sécurité nationale, l’homme qui dirige Emirates Defense Industries Co (EDIC), créée en 2014 après la fusion de quelques entreprises publiques : Mubadala Development, Tawazun Holding et Emirates Advanced Invest Group[44]. EDIC est détenue par Mubadala Development Company[45], un fonds d’investissement de l’émirat d’Abu Dhabi (60 %) et Tawazun Holding[46]. En novembre 2019, la société holding a été absorbée par le groupe EDGE[47], détenu par le gouvernement des Émirats arabes unis.

Son système offshore a pour origine Victorian International Enterprises Ltd, une société des îles Vierges britanniques annulée en 2016[48], qui contrôlait une participation dans Al Seer Marine[49], une société de construction navale d’Abu Dhabi, dont la part majoritaire appartient à IHC International Holding Company[50], une société holding présidée par Tahnoon lui-même[51]. Il est président de l’ADQ[52], une holding d’État, détient 45 % de la société Louis Dreyfus (une entreprise agroalimentaire dont le siège est à Rotterdam) [53], est président de la First Abu Dhabi Bank[54], du Group42[55], une entreprise de cybernétique (impliquée dans le scandale ToTok[56]), et est président[57] d’Aramis Partners Ltd. [58] une société d’investissement basée dans le centre financier international de Dubaï.

Il est le président du Royal Group[59] (médias, commerce, finance, immobilier, fabrication, construction, technologies de l’information, éducation, divertissement, soins de santé, hôtellerie, robotique, science et autres[60]). Il est également PDG[61] de la Fondation des Émirats[62], a fondé et dirige l’Advanced Science and Innovation Company, une entreprise de nouvelles technologies[63], et possède, le temps d’un week-end, le yacht Maryah[64] de 121,5 mètres et 250 millions de dollars[65]. Sa femme, Khawla Ahmed Khalifa Alsuwaidi, a créé des sociétés dans les îles Vierges pour acheter secrètement des biens immobiliers au Royaume-Uni[66]: Caldora Trading Ltd. Tortola[67], Moonline Company II Ltd. Tortola[68] et Spirea Associates Ltd. Tortola[69].

Khalifa bin Zayed al Nahyan est le président des Émirats arabes unis et le souverain d’Abu Dhabi. Il est considéré par Forbes comme l’un des hommes les plus riches du monde : outre le contrôle de 97,8 milliards de barils de réserves, il gère l’un des plus grands fonds souverains, avec des actifs déclarés de 830 milliards de dollars[70]. Il est propriétaire de SBK Holding Llc[71], et s’occupe principalement d’immobilier : depuis 1995, il a dépensé 2 millions de dollars pour acheter plus de 66 acres de terrain sur l’île principale des Seychelles, Mahé, où son palais est en cours de construction, possède des propriétés de luxe à Londres d’une valeur de plus de 1,7 milliard de dollars et possède Azzam[72], le plus long yacht du monde de 590 pieds (180 m), qui coûte entre 400 et 600 millions de dollars par an. La fiduciaire panaméenne Mossack y Fonseca a géré plus de 30 de ses sociétés offshore, par l’intermédiaire desquelles elle possède des propriétés commerciales et résidentielles dans des quartiers chers de Londres, comme Kensington et Mayfair[73]. Les acquisitions immobilières ont atteint une valeur de 5,5 milliards de livres sterling[74].

Son frère Mansour bin Zayed bin Sultan bin Zayed bin Khalifa Al Nahyan est le vice-premier ministre des Émirats, le ministre des affaires présidentielles, il est marié à une fille de Mohammed bin Rashid Al Maktoum, il a eu des ennuis parce qu’il était impliqué dans le scandale 1MDB[75], et parce que son yacht Topaz aurait été payé avec des fonds volés[76]. Il est membre du conseil d’administration du Conseil suprême des affaires financières et économiques[77], de l’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA)[78], il est le président de l’Emirates Investment Authority[79], depuis 2005 il est membre du conseil d’administration du Supreme Petroleum Council[80], membre du conseil d’administration de l’Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) [81], ancien président d’IPIC, fonds souverain ensuite absorbé en 2017 par Mubadala Investment Company[82], président[83] de l’Emirates Investment Authority (EIA) [84] et de l’Abu Dhabi Food Control Authority[85], toutes agences gouvernementales qui contrôlent la régularité des marchés financiers et agroalimentaires.

Le prince Mansour est le vice-président de la Sheikh Zayed Charitable and Humanitarian Foundation[86], le président du Fonds d’Abu Dhabi pour le développement[87], le vice-président de la Mubadala Investment Company[88], détient une participation de 32 % dans Virgin Galactic[89], a investi 280 millions de dollars dans des vols spatiaux pour touristes[90]; Il est propriétaire d’Abu Dhabi Media Investment Corporation, collabore avec British Sky Broadcasting dans Sky News Arabia, et est propriétaire d’Abu Dhabi United Group, une société d’investissement créée en 2008 pour mener l’acquisition du Manchester City Football Club[91]. Il est propriétaire de Newton Investment and Development Llc et possède le yacht Topaz[92].

Mohammed Dahlan (à gauche), l’assassin du journaliste Jamal Khashoggi, et son ami Mohammed Bin Zayed Al Nahyan (à droite)[93]

Mais l’homme le plus important est un autre : Mohammed bin Zayed Al Nahyan, fils de Zayed bin Sultan Al Nahyan, est le frère du souverain actuel, Khalifa bin Zayed Al Nahyan, dont il héritera de la position à sa mort – il est donc l’homme le plus puissant des Émirats et, peut-être, de tout le Moyen-Orient[94]. Il est ministre de la défense d’Abu Dhabi et chef d’état-major de l’armée de l’air des Émirats, il est à la tête de la Mubadala Investment Company, le fonds patrimonial d’Abu Dhabi[95], il est à la tête du groupe EDGE, il est le PDG d’ADNOC et le propriétaire du yacht Rabdan[96].

C’est l’homme qui coordonne les activités des Al-Nahyans, qui gère les relations diplomatiques confidentielles[97], qui coordonne la police secrète et diverses organisations mercenaires, qui dirige la stratégie des entreprises de cyberguerre, et qui est le plus grand courtier en armes légal du monde et l’un des principaux sponsors de Donald Trump et de l’extrême droite suprématiste américaine[98]. C’est aussi l’homme qui a fait venir aux Émirats les hommes d’affaires les plus sans scrupules, les plus dangereux et les plus réputés de la planète, qui gèrent aujourd’hui, grâce à plus de 19 000 sociétés offshore, des actifs dépassant les 100 milliards de dollars[99]. Et c’est l’homme qui a forgé une alliance politique et militaire historique – simultanément – avec Israël et l’Iran[100].

La nouvelle capitale mondiale de l’or et du recyclage

Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum (à gauche) et Mohamed Shakarchi (à droite)[101]

Lorsque l’émirat d’Abu Dhabi a commencé à penser à l’avenir après le pétrole, il y a une trentaine d’années, la famille Al-Maktoum a investi dans l’or et l’argent – en créant une raffinerie, l’Emirates Gold DMCC, capable de transformer en lingots légaux n’importe quelle quantité de métaux, quelle que soit leur provenance[102]. Pour parvenir à ce résultat, la famille Al-Maktoum a invité Mahmoud Kassem Shakarchi à Dubaï, un homme d’affaires irakien qui, dans les années 1960, a gagné son argent au Liban grâce à la contrebande[103], puis s’est installé en Suisse, où il a fondé Shakarchi Trading, une société commerciale qui s’est rapidement retrouvée dans le collimateur de la magistrature italienne, et avec l’argent gagné par cette première expérience, a créé les premières raffineries du Tessin, célèbre comme instrument du crime organisé mondial[104].

Shakarchi s’est entouré de personnes influentes, comme l’avocat Hans W. Kopp, président du conseil d’administration de Shakarchi Trading et époux de la ministre fédérale de la Justice Elizabeth Kopp. Lorsque Hans s’est retrouvé dans les documents de l’enquête criminelle, sa femme l’a protégé et, plus tard, dépassée par le scandale, a été contrainte de démissionner – alors que Shakarchi avait entre-temps quitté la Suisse pour les Émirats[105], entretenant une raffinerie légale, Pamp à Castel San Pietro[106], et un réseau de sociétés offshore, dont le chef de file est le Sharaf Trust à Nassau (Bahamas). Aujourd’hui, la famille Shakarchi, dirigée (après le décès du patriarche en 2012) par son fils Marwan, est présente avec le Groupe MKS dans le monde entier : Turquie, Australie, Singapour, Thaïlande, Malaisie, États-Unis, Suisse, Chine et, évidemment, les Émirats[107]. La société holding se trouve aux Bahamas, MKS Holding Ltd. Nassau[108], et le groupe sert tous les grands trafiquants et contrebandiers d’or et d’argent de la planète[109].

Pour cette raison, les Émirats sont depuis des années candidats à la liste de surveillance des pays qui soutiennent le crime organisé[110], d’autant plus que les zones offshore des Émirats sont devenues 39, dispersées sur le territoire national, chacune indépendante des autres[111], de sorte que le capital caché devient presque impossible à rechercher, même avec le soutien de demandes de commission rogatoire internationale[112]. Mais l’inscription sur ces listes ne changera rien : tant que la communauté internationale n’empêchera pas l’existence de zones dans lesquelles même les lois sur l’intangibilité militaire des nations sont sans valeur, les Émirats continueront à se développer, à construire des bases militaires dans des pays étrangers[113] et à envoyer des escadrons de la mort, dirigés par des mercenaires prêts à tout, partout où les cheiks sentent leurs rêves de pouvoir menacés[114].


[1] https://dukespace.lib.duke.edu/dspace/bitstream/handle/10161/104/Salahuddin%20MP%202006.pdf ; https://news.mongabay.com/2005/08/dubais-artificial-islands-have-high-environmental-cost/

[2] https://ibiworld.eu/2021/06/13/la-kafala-araba-una-schiavitu-pari-a-quella-dei-neri-nellamerica-sudista/

[3] https://digitalcommons.usf.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1302&context=jss

[4] https://digitalcommons.usf.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1302&context=jss

[5] https://fanack.com/qatar/history-of-qatar/rise-of-the-thani-family/

[6] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/03068372708724956?journalCode=raaf19

[7] https://u.ae/en/more/history-of-the-uae

[8] https://u.ae/en/more/history-of-the-uae

[9] https://u.ae/en/more/history-of-the-uae

[10] https://www.geoexpro.com/articles/2011/03/the-abu-dhabi-oil-discoveries

[11] https://www.ice.it/it/mercati/emirati-arabi-uniti/informazioni-paese

[12] https://worldpopulationreview.com/world-cities/dubai-population

[13] https://www.elibrary.imf.org/view/journals/002/2005/268/article-A003-en.xml

[14] https://www.oasiscenter.eu/it/politica-economia-relazioni-internazionali-degli-emirati-arabi

[15] https://www.zawya.com/en/business/dubai-records-84-772-real-estate-transactions-worth-82bln-in-2021-dld-cc3lcm49

[16] https://www.sciencedirect.com/topics/computer-science/english-common-law

[17] https://www.difc.ae/about/

[18] https://wenr.wes.org/2018/08/education-in-the-united-arab-emirates

[19] https://www.pandorarivista.it/articoli/dubai-ultima-utopia-di-emanuele-felice/

[20] https://www.pandorarivista.it/articoli/dubai-ultima-utopia-di-emanuele-felice/

[21] https://www.pandorarivista.it/articoli/dubai-ultima-utopia-di-emanuele-felice/

[22] https://carnegieendowment.org/2020/07/07/political-economy-of-dubai-pub-82182

[23] https://autobizz.in/dubai-king-car-collection-king-sheikh-mohammed-bin-rashid-al-maktoum-car-collection/  

[24] https://www.emirates.com/english/about-us/our-people/leadership-team/

[25] https://www.hitc.com/en-gb/2021/12/21/sheikh-mohammeds-net-worth-revealed-amid-550m-divorce-settlement/

[26] https://dubaiholding.com/en/

[27] https://www.jumeirah.com/en/jumeirah-group/about-jumeirah

[28] https://tecomgroup.ae/

[29] https://www.dp.ae/

[30] https://www.eitl.ae/

[31] https://www.middleeastmonitor.com/20200610-dubai-ruler-incorporates-property-firm-meraas-into-dubai-holding/

[32] https://find-and-update.company-information.service.gov.uk/company/08167108

[33] https://www.dpworld.com/

[34] https://www.clingendael.org/publication/dubai-ports-world-uae-foreign-policy-tool

[35] https://dubaimaritimecity.com/

[36] https://harraiyatimes.com/bitcoinprice/sheikh-mohammed-bin-rashid-al-maktoum-net-worth-2022/

[37] https://www.apollo.io/companies/Sheikh-Maktoum-Bin-Mohammed-Al-Maktoum-Investment-Group/5e578f78fefac200016043ba?chart=count

[38] https://www.almaktouminitiatives.org/en

[39] https://www.mbrsg.ae/home

[40] https://it.wikichamsoc.com/545638-mohammed-bin-rashid-al-maktoum-RRGIYK

[41] https://www.darley.com.au/about-us/introduction

[42] https://www.documentcloud.org/documents/21075169-axiom-telecom-llc-co-owned-by-sheikh-mohammed-was-owner-of-tandem-investco-limited

[43] https://www.middleeasteye.net/news/pandora-papers-uae-dubai-ruler-sheikh-mohammed-offshore-companies

[44] https://www.tellerreport.com/news/2019-10-14%E2%80%94%22Tahnoun-bin-zayed%22%E2%80%94-what-do-you-know-about-the-shadow-prince-in-the%20-uae%E2%80%93.BJ_22kMFr.html

[45] https://www.mubadala.com/

[46] https://www.tawazun.ae/

[47] https://edgegroup.ae/

[48] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10100683

[49] https://alseermarine.ae/author/admin/

[50] https://ihcuae.com/index.html

[51] https://www.reuters.com/world/middle-east/ihc-surges-subsidiary-alpha-dhabis-abu-dhabi-debut-2021-06-27/

[52] https://adq.ae/who-we-are/our-board-of-directors?language_content_entity=en

[53] https://www.ldc.com/press-releases/louis-dreyfus-company-to-enter-into-strategic-partnership-with-adq/

[54] https://www.bankfab.com/en-ae/about-fab/group/board-of-directors

[55] https://g42.ai/

[56] https://medium.com/@billmarczak/how-tahnoon-bin-zayed-hid-totok-in-plain-sight-group-42-breej-4e6c06c93ba6

[57] https://www.bloomberg.com/profile/person/19281586

[58] https://www.aramispartners.com/board_directors.html

[59] https://www.royalgroupuae.com/about-us.html

[60] https://craft.co/royal-group

[61] https://wam.ae/en/details/1395302644916

[62] https://www.emiratesfoundation.ae/ef/leardership/board-of-directors/

[63] https://www.tellerreport.com/news/2019-10-14—%22tahnoon-bin-zayed%22—-what-do-you-know-about-the-shadow-prince-in-the-uae–.BJ_22kMFr.html

[64] https://www.superyachtfan.com/yacht/maryah/

[65] https://yachtbible.com/maryah-yacht/

[66] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/13001907?e=true

[67] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10129829?e=true?e=1

[68] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10094618

[69] https://offshoreleaks.icij.org/nodes/10133200

[70] https://www.forbes.com/profile/khalifa-bin-zayed-al-nahyan/?sh=5da3665862a0

[71] https://www.sbkholding.com/

[72] https://www.superyachtfan.com/yacht/azzam/

[73] https://offshoreleaks.icij.org/stories/khalifa-bin-zayed-bin-sultan-al-nahyan

[74] https://www.theguardian.com/uk-news/ng-interactive/2020/oct/18/revealed-sheikh-khalifas-5bn-london-property-empire

[75] https://www.pandorarivista.it/articoli/dubai-ultima-utopia-di-emanuele-felice/

[76] https://www.pandorarivista.it/articoli/dubai-ultima-utopia-di-emanuele-felice/

[77] https://gulfbusiness.com/abu-dhabi-to-establish-a-new-supreme-council-for-financial-and-economic-affairs/

[78] https://www.adia.ae/en/investments/governance/board-of-directors

[79] https://www.eia.gov.ae/governance/board-members/

[80] https://www.crunchbase.com/person/sheikh-mansour-bin-zayed-al-nahyan

[81] https://www.adnoc.ae/en/our-story/adnoc-board-of-directors

[82] https://pitchbook.com/profiles/limited-partner/52325-11#overview

[83] https://www.eia.gov.ae/governance/board-members/

[84] https://www.eia.gov.ae/

[85] https://www.adafsa.gov.ae/English/AboutADFCA/Pages/default.aspx

[86] https://www.zayedchf.gov.ae/Home/index

[87] https://www.adfd.ae/english/NewsandEvents/Pages/IndividualNews.aspx?Name=165

[88] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/board-of-directors

[89] https://www.breakingtravelnews.com/news/article/sheikh-mansour-buys-32-stake-in-virgin-galactic/

[90] https://www.breakingtravelnews.com/news/article/sheikh-mansour-buys-32-stake-in-virgin-galactic/

[91] https://www.cityfootballgroup.com/our-business/ownership/#:~:text=As%20the%20owner%20of%20the,Cups%20and%20an%20FA%20Cup.

[92] https://www.superyachtfan.com/yacht/a-plus/

[93] https://dctransparency.com/de/mohammed-dahlan-auftragsmoerder-fuer-den-koenig/

[94] Le-Lobby-Anti-Qatar-1.pdf (ibiworld.eu)

[95] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/board-of-directors/his-highness-sheikh-mohamed-bin-zayed-al-nahyan

[96] https://gulfbusiness.com/uaes-adnoc-appoints-new-managing-director-restructures-to-form-executive-board-of-directors/

[97] https://ibiworld.eu/wp-content/uploads/2020/09/Le-Lobby-Anti-Qatar-1.pdf, Chapter 3.1

[98] Le-Lobby-Anti-Qatar-1.pdf (ibiworld.eu)

[99] https://www.ticc.nz/_files/ugd/bed789_550b2be8b3024ce9ae2c3a9a558ddeaa.pdf?index=true , pp. 21-30

[100] https://www.ft.com/content/ce09911b-041d-4651-9bbb-d2a16d39ede7

[101] https://www.lbma.org.uk/alchemist/issue-101/in-remembrance-mohamad-shakarchi

[102] http://www.emiratesgold.ae/ceo-message.html

[103] https://www.thenationalnews.com/business/mohamed-shakarchi-man-with-the-golden-touch-1.576402

[104] Pascal Auchlin, Frank Garbely, “Das Umfeld eines Skandals“, Wird Verlag, Zürich 1990; https://www.e-periodica.ch/cntmng?type=pdf&pid=sum-002:1991:17::145

[105] Res Strehle, “Damengambit – Die Frau im Bundesrat“, Limmat Verlag, Zürich 1985

[106] https://www.pamp.com/content/our-story

[107] MKS on Nexis

[108] https://opencorporates.com/companies/bs/163837B

[109] https://panamapapers.investigativecenters.org/drc/  

[110] https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-01-04/uae-faces-risk-of-inclusion-on-global-watchlist-over-dirty-money

[111] https://www.uaefreezones.com/UAEOffshore_Banking.html

[112] https://fsi.taxjustice.net/PDF/UnitedArabEmirates.pdf ; https://www.fatf-gafi.org/countries/u-z/unitedarabemirates/documents/mer-uae-2020.html ; https://www.internationalinvestment.net/news/4042837/uae-risk-joining-malta-fatf-grey-list-aml-concerns ; https://merip.org/2002/03/gray-money-corruption-and-the-post-september-11-middle-east/ ; https://www.tellerreport.com/news/2019-10-14%E2%80%94%22Tahnoun-bin-zayed%22%E2%80%94-what-do-you-know-about-the-shadow-prince-in-the%20-uae%E2%80%93.BJ_22kMFr.html

[113] https://ibiworld.eu/en/socotra-the-last-wonderful-enchanted-island/

[114] https://ibiworld.eu/en/mohammed-dahlan-assassin-for-the-king/ ; https://ibiworld.eu/en/good-brother-and-bad-brother-how-the-al-nahyan-dynasty-hides-its-true-face/ ; https://ibiworld.eu/en/al-shabaab-the-sword-of-damocles-over-somalia/

IBI World Limited

IBI World Limited

Info Brokers International est une société de chercheurs indépendants italiens, russes et allemands, issus du journalisme économico-financier, du système bancaire ou de travaux universitaires. Depuis 2004, nous nous adressons aux entreprises de toutes sortes d’informations financières, économiques et législatives, mettant à la disposition du client un impressionnant réseau de relations professionnelles, construit au cours de décennies d’activité, dans les milieux politiques, financiers, industriels et judiciaires. Nous opérons principalement en Europe, Asie et Afrique et dans les principales juridictions Offshore.

Sign up for our Newsletter