L’exploitation des fonds marins, nouvelle limite autodestructrice de l’humanité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

© IBI World Limited

Dans l’un de ses romans extrêmement réussis, « Der Schwarm », publié en 2004, l’écrivain allemand Frank Schätzing raconte comment l’exploitation des fonds marins modifie irrémédiablement non seulement la flore et la faune des abysses, mais aussi l’équilibre tectonique de la planète. En effet, les plateaux continentaux résistent aux pressions des terres et des océans grâce à un équilibre géologique délicat qui, comme nous le dit le roman, s’il est détruit, a une conséquence : les continents s’effondrent, se dissolvent et sont aspirés dans la mer.

Le best-seller de Schätzing raconte apocalyptique, mais montre aussi scientifiquement ce qui se passerait si quelqu’un ou quelque chose jouait avec les fonds marins : la côte norvégienne disparaît entre les vagues, entraînant parfois des rues, des villes, des gens et des fjords entiers en quelques minutes. Bref, ce livre avertit l’humanité de ne pas jouer avec ce qui semble être la frontière ultime de notre folie : l’idée d’utiliser le fond de l’océan pour extraire du pétrole ou des minéraux[1].

En attendant, ce cauchemar est devenu une réalité. À l’heure actuelle, des projets miniers massifs sont menés dans les eaux extraterritoriales par des mines et des instituts géologiques de diverses nations au fond de l’océan Indien. Ces projets sont organisés sous l’égide d’une société jamaïcaine, l’International Seabed Authority (ISA), qui a été fondée en 1994 en tant qu’agence possible des Nations Unies, puis transformée en une société indépendante, mais qui conserve le pouvoir de délivrer des licences minières dans les eaux extraterritoriales. L’ISA a adopté une structure qui reproduit (apparemment) l’assemblée de l’agence onusienne, mais agit plutôt comme un véritable conseil industriel et un courtier politique – basé sur une structure à peine transparente qui cache toutes les informations sensibles derrière le rideau du secret diplomatique[2].

Parallèlement aux projets miniers de l’océan Pacifique, les pays bordant le golfe Persique suivent le même chemin : c’est une bande de mer d’environ 800 km de long, riche en récifs coralliens et un écosystème unique au monde (aimé, pour cette raison, parmi des centaines de milliers de touristes). Le golfe est peu profond et donc plus exposé aux dommages causés par les empiétements sur le fond marin, qui n’atteint pas 200 mètres à son point le plus profond. Après des décennies d’extraction de gaz et de pétrole de cette bande de mer, les multinationales envisagent désormais de gratter les fonds marins et de collecter d’autres ressources naturelles: cobalt, manganèse, molybdène, or et argent, causant des dommages irréparables.

Les limites de l’exploitation de la croûte terrestre

Production mondiale de lithium en 2019[3]

Avec l’expansion du marché des produits électroniques, la demande de lithium et d’autres matières premières nécessaires s’est accélérée de façon exponentielle pendant des années. Il y a ensuite un secteur qui devrait connaître une forte croissance dans un proche avenir et qui pèsera fortement sur la demande de matériaux de base, celle de la voiture électrique, et qui atteindra bientôt des chiffres sans précédent dans le monde. Cette chaîne d’approvisionnement émergente devrait produire plus de 340 millions de véhicules électriques (des voitures particulières aux camions en passant par les bus) d’ici 2030[4].

La construction des accumulateurs nécessitera une forte augmentation de la production de matières premières rares, ce qui obligera les fournisseurs à repenser leurs stratégies. Nous avons de sérieux problèmes d’adaptation des technologies des matières premières : en raison des contraintes environnementales et du manque de numéros spécialisés pour la conversion des technologies des matières premières, la plupart des zones risquent de perdre la partie, soit parce que ces matières premières sont trop chères, soit parce qu’elles sont écologiquement nuisible[5][6].

Production mondiale de cobalt en 2018[7]

Par exemple, comme le montre le dernier rapport de l’UNCDAT (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement[8]), près de 50% des sources mondiales de cobalt se trouvent en République démocratique du Congo, 58% du lithium utilisé dans le monde provient du Chili et 80 % des réserves naturelles de graphite se trouvent en Chine, au Brésil et en Turquie, tandis que 75% des réserves de manganèse proviennent d’Australie, du Brésil, d’Afrique du Sud et d’Ukraine – et proviennent de mines et de pays en crise économique profonde ou travaillant contre la loi ou sont à la fin de leur période de production[9].

Pour la fabrication d’auto-accumulateurs, il sera bientôt nécessaire de utiliser de quantités de nickel, de manganèse et de cobalt jamais connu auparavant. Le fait que de très fortes concentrations d’activités matières premières, moins d’éléments comme les ions lithium, soient l’apanage d’un seul pays (Australie, Chine, Chili et Argentine[10]) détermine la grave tension politique et militaire de continents entiers[11] et pose un risque géopolitique fort[12].

Mais ce n’est pas seulement le marché des voitures et des appareils électroniques qui suscite l’intérêt de l’industrie minière pour les métaux rares. En 2018, l’US Geological Survey a identifié 35 minéraux essentiels pour l’économie et la sécurité nationale et donc pour les productions d’intérêt militaire[13]: drones, missiles, capteurs de cible, radar, technologie furtive, lasers, armes micro-ondes (ADS[14]), technologie de brouillage et beaucoup plus[15]. Et nous entrons ici évidemment dans un univers extrêmement dense et dont les intérêts vont bien au-delà de ceux du marché traditionnel, de sorte que non seulement les sociétés minières mais aussi les usines d’armement comme Lockheed-Martin se concentrent sur l’exploitation des fonds marins[16].

Pourcentage de la production mondiale de manganèse en 2020[17]

Malheureusement, les ressources ne seront peut-être pas suffisantes pour répondre aux demandes de l’industrie dans un proche avenir. Des estimations approximatives supposent que les réserves naturelles ne dureront pas plus de 20 ans. Cela ne signifie pas nécessairement l’épuisement effectif des éléments, mais une augmentation progressive des difficultés des techniques d’extraction et des coûts d’extraction et de stockage[18].

Histoire de la dégradation des fonds marins

Le HMS Challenger Corvette, peint par William Frederick Mitchell en 1872[19]

L’histoire de ce projet fou est plus ancienne que vous ne le pensez. Dès 1870, le HMS Challenger, corvette à vapeur de la Royal Navy, procède à la première analyse minière des fonds marins[20]. Il a été conçu comme un navire de guerre puis reconstruit pour l’occasion. L’expédition sillonne les mers pendant mille jours, couvre plus de 68 000 milles marins et recueille une énorme quantité d’informations sur le milieu marin. De nombreux organismes biologiques, dont beaucoup sont inconnus, sont catalogués ; Des données sur les températures, les courants, la chimie de l’eau et les dépôts sur le fond marin sont collectées. Les résultats scientifiques du voyage seront ensuite publiés dans un rapport de 50 volumes et 29 500 pages dont la compilation durera 23 ans[21].

Le rapport final parle d’une collection de sédiments intéressants : des formations appelées «nodules» qui se trouvent au fond de l’océan et contiennent des niveaux élevés de divers métaux tels que le zinc, le fer, l’argent et l’or[22]. Mais il est également décrit que l’accumulation de ces métaux est impossible avec les moyens disponibles à l’époque. La première étude approfondie des nodules et de la manière dont ils pourraient être amenés à la surface est celle de John L. Méro en 1965[23], dans laquelle la richesse et la variété des minéraux disponibles, leur distribution et leur disposition sur le fond marin et enfin la géographie des gisements est analysée[24]. Le livre est toujours considéré comme un jalon : c’est la première fois que l’utilisation commerciale de ces gisements est présentée en détail[25].

Dès lors, études et explorations se succèdent. Il s’avère qu’en plus des nodules, les sources hydrothermales présentes dans les zones volcaniques sous-marines sont également une grande source potentielle: de nombreuses substances expulsées des évents provenant des entrailles de la terre sont constituées de cuivre, de zinc, or et argent. Ces deux derniers métaux précieux en particulier semblent être en abondance au-delà de toute évaluation antérieure[26].

Puis on commence à étudier et à construire des mécanismes d’extraction adaptables aux conditions extrêmes des fonds marins. Ce sont des profondeurs de plusieurs miles nautiques où la pression est très élevée et la zone est impénétrable à la lumière. On a besoin de navires stationnés en haute mer pendant des mois, soumis à des changements soudains des courants de surface et exposés à diverses conditions météorologiques hostiles.

Une fois que on a surmonté les roches des profondeurs, l’extraction minérale est relativement facile : la plupart de ces matières premières reposent sur le fond marin et ressemblent à de petites pierres arrondies d’un diamètre maximum de 40 mm – les nodules polymétalliques[27]. Même l’élimination des débris à proximité des sources hydrothermales, comme les croûtes de manganèse qui se sont formées à la surface des montagnes marines, est techniquement simple : il suffit de les gratter de quelques centimètres avec des herses sous-marines spéciales[28].

The CIA built the Hughes Glomar Explorer to do the impossible: retrieve a  sunken Soviet nuclear submarine. It almost worked..

Un dessin de l’American Society of Mechanical Engineers représentant le Hughes Glomer Explorer[29]

La recherche de minéraux sur les fonds marins est d’abord une affaire purement militaire : après plusieurs tentatives infructueuses de la marine russe, le gouvernement américain a persuadé un milliardaire, Howard Hughes, de financer une analyse de fonds de la mer et à utiliser, en tant que chef de projet, un officier de la CIA, David Sharp[30].

Au coût de plus d’un demi-milliard de dollars et plusieurs années de secret, le Hughes Glomar Explorer (HGE) – un monstre mécanique issu des images des films de James Bond – est entré dans la phase pratique de l’expérimentation en 1974 et est tombé sur un millier des problèmes alors insoluble : HGE ne fonctionne que lorsque la mer est calme, uniquement lorsque les températures sont chaudes, et comme il s’agit d’expériences dans les eaux extraterritoriales, chaque acte de HGE est suivi de six navires de guerre soviétiques prêts à intervenir pour voler des secrets ou tout militaire Eviter le danger[31]. À juste titre, car la seule véritable activité que HGE ait jamais entreprise était d’identifier, de récupérer et d’enquêter sur les sous-marins nucléaires soviétiques engloutis[32].

Au début des années 1970, une dizaine d’entreprises se sont réunies pour devenir sérieuses. Dans un article du New York Times du 17 juillet 1977, nous lisons: « Les sociétés impliquées dans l’exploitation minière en haute mer sont américaines, britanniques, françaises, belges, allemandes, hollandaises, australiennes et japonaises »[33]. Viennent ensuite les noms de toutes les grandes multinationales militaires et pétrolières de l’époque, aucune exclue : « Le plus simple des systèmes en cours de développement est le godet pleine longueur de John L. Mero, une série de trémies d’une tonne de 16 000 mètres quatre pouces. Corde épaisse. La ligne qui pend entre deux navires est tirée lentement de sorte que chaque seau traîne le long du sol et recueille les nodules »[34].

Production mondiale de minéraux rares pour les énergies renouvelables, les machines et les industries militaires en 2018[35]

Mero est également soucieux d’établir des règles universelles pour autoriser l’utilisation des fonds marins – en particulier dans les eaux extraterritoriales – et en 1970, il a publié son article « Un régime juridique pour l’exploitation minière en haute mer« , publié par l’Université de San Diego, qui formera la base du débat entre les États-nations et l’exploitation minière sera[36]. Sa thèse est claire : l’exploitation de l’océan doit donner à chacun la possibilité d’exploiter des minerais stratégiques comme le cobalt, le manganèse, le nickel et le cuivre, et les pays en développement doivent avoir la priorité dans l’octroi des licences[37].

L’exploitation ne peut être autorisée que si les techniques ne sont pas destructrices (comme dans les années que Mero a écrit que cela aurait été le cas) et que leur collecte est économiquement avantageuse et pas seulement la réponse à une question stratégique (oligopole militaire ou de marché). La base de son utilisation doit être un développement et une amélioration du traité qui a été signé par 40 nations à Genève en 1958 et est connu sous le nom de Convention sur la plate-forme continentale. Selon cet accord, la propriété de la licence d’utilisation dans les eaux internationales revient de préférence à un consortium formé de pays voisins dans une zone océanique[38]. Pour assurer le respect de ces règles, John L. Mero propose la création d’une agence des Nations Unies agissant en tant que concessionnaire de crédit-bail : l’océan appartient à tous, son utilisation ne peut être accordée que pour des périodes limitées[39].

La naissance de l’Autorité internationale des fonds marins (ISA)

17 août 1967: Arvid Pardo s’adresse à l’Assemblée générale des Nations Unies[40]

Les choses deviennent sérieuses : avant qu’une folle «ruée vers l’or» ne commence, l’Ambassadeur de Malte, Arvid Pardo[41], prononce un discours devant la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies à l’été 1967, dans lequel il demande que les ressources de les fonds marins doivent être considérés comme un «patrimoine commun de l’humanité», ce qui appelle à la création d’un système de réglementation international pour empêcher les pays technologiquement avancés de coloniser les fonds marins et de monopoliser ces ressources au détriment des pays en développement[42].

Pardo exhorte les Nations Unies à élaborer un plan pour gouverner les océans. En 1970, l’Assemblée générale a adopté la Déclaration de principes sur les fonds marins par la résolution 2749 (XXV)[43]. L’Assemblée établit que les ressources minérales des fonds marins doivent être considérées comme «le patrimoine commun de l’humanité» à mettre en valeur au profit de la communauté par le biais de mécanismes internationaux[44].

Après une série de résolutions successives pour mettre à jour le texte original, en 1994, au titre de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS[45]), entrée en vigueur le 16 novembre 1982, l’ISA (International Seabed Authority[46]) est née en tant que une organisation indépendante, basée à Kingston, la capitale de la Jamaïque, dont l’Assemblée sera composée de tous les pays qui ont adhéré à la CNUDM (il y aura 158 membres d’ici la fin mai 2009[47]) et aura une structure pour assurer le bon déroulement de la Mission UNCLOS[48].

Voici les principaux objectifs officiels de l’ISA : a) Gérer les ressources minérales de la zone internationale des fonds marins, patrimoine commun de l’humanité ; b) adopter des règles, des règlements et des procédures pour mener des activités dans la région ; c) promouvoir et encourager la recherche scientifique marine dans ce domaine ; d) Protection et conservation des ressources naturelles de la zone et prévention des dommages à la flore et à la faune marines[49]. Cependant, il deviendra vite clair que le véritable objectif des ISA est de gérer la rédaction des contrats de permis minier dans les eaux extraterritoriales. Après un arrêt de près de vingt ans au cours duquel la demande de matières premières a diminué dans le monde, nous pouvons désormais assister à une reprise du marché et au regain d’intérêt associé pour la remise en état des eaux marines, qui peuvent avoir des conséquences fatales pour la survie de la vie sur la planète.

Les domaines d’intervention

Les zones d’extraction CCZ Clarion-Clipperton (blanches) et les zones protégées (striées)[50]

L’ISA délivre des licences dans les eaux extraterritoriales, mais au cours des dernières années du siècle dernier, des projets sont également apparus, contrôlés par un pays de référence dans les eaux territoriales nationales[51]. À une exception près, toutes les zones d’exploration contrôlées par l’ISA sont situées dans la zone Clarion-Clipperton (CCZ) : une plaine abyssale qui s’étend sur 4,5 millions de kilomètres carrés entre Hawaï et le Mexique dans l’est du Pacifique[52]. L’autre zone est explorée par l’Inde dans le bassin central de l’océan Indien[53].

L’exploitation minière commerciale n’a pas encore commencé, l’ISA n’a pas encore décidé des règles d’exploitation minière[54]. Actuellement, la société a un certain nombre de contrats d’exploration de 15 ans : 30 entrepreneurs, dont beaucoup sont des consortiums formés par les gouvernements nationaux[55]. Les entreprises qui souhaitent exploiter dans la CCZ doivent également être parrainées par au moins un État-nation afin de recevoir un permis[56]. Si la loi minière est approuvée, les 30 sociétés accéléreront leurs explorations dans la CCZ vers l’exploitation minière industrielle[57].

L’ISA a désigné neuf zones comme zones d’intérêt environnemental spécial (API) qui sont actuellement protégées contre l’exploitation minière. Ces zones couvrent chacune 160 000 kilomètres carrés et sont situées autour des zones de permis d’exploration. Des API ont été positionnées dans toute la CCZ pour protéger et représenter toute la biodiversité et l’habitat de la région, y compris les différences dans l’abondance des nodules, la disponibilité de la nourriture et la topographie du fond marin (y compris la présence de monts sous-marins)[58].

Le fond marin de la CCZ a pour la plupart entre 4 000 et 6 000 mètres de profondeur. Le fond marin est caractérisé par une série de montagnes sous-marines, dont certaines atteignent des profondeurs inférieures à 3 000 mètres[59]. Pour cette raison, tout le métal sur le sol ne peut pas être extrait d’une manière économiquement avantageuse. Même dans les décennies à venir, seule une très petite fraction de cette quantité de nodules pourra être extraite[60].

Les conséquences de l’exploitation des fonds marins

La classification des profondeurs de la mer[61]

À ces profondeurs, tout devient discutable : il existe de nombreuses espèces connues et encore inconnues qui vivent à des profondeurs allant jusqu’à 5 500 mètres dans la zone abyssale, qui est en grande partie sombre. Il n’est pas possible de savoir comment ils réagiront à l’extraction commerciale. Et l’extraction de métaux et de minéraux tels que le nickel, le cobalt, le manganèse et le cuivre, que l’on trouve dans les nodules au fond de l’océan, est l’habitat dans lequel vivent ces animaux marins : un habitat qui serait complètement détruit[62]. Une étude de neuf ans menée par Dmitry M. Miljutin[63] a révélé qu’ « environ 1 kilomètre carré de fond marin est extrait chaque jour, soit environ 6 000 kilomètres carrés sur une période de 20 ans »[64]. Une étude publiée par James Hein, Andrea Koschinsky et Thomas Kuhn suggère que les collecteurs de nœuds « écraseront les organismes qui ne peuvent échapper à la dissimulation et compacteront les sédiments, réduisant considérablement son habitabilité pour la faune »[65].

C’est loin de tout. Étant donné que les nodules polymétalliques sont un type spécial de dépôt d’oxyde qui n’a pas d’analogue terrestre, leur métallurgie doit être réinventée à partir de zéro[66]. Du fait que les nodules sont constitués d’oxydes de manganèse et de structures complexes d’hydroxyde de fer, il n’est pas possible de les traiter en utilisant des méthodes conventionnelles telles que la flottation, la séparation par densité ou la séparation magnétique. La matrice du nœud doit être complètement détruite pour libérer les métaux – en utilisant la pyrométallurgie, dans laquelle les nœuds sont fondus à 1 400-1 500° C ; ou avec l’hydrométallurgie, ou la dissolution chimique de nodules dans l’acide sulfurique ou chlorhydrique, ou dans des solutions extrêmement toxiques de sulfate et de carbonate d’ammonium ; un traitement microbiologique pour dissoudre les microorganismes doit être ajouté[67].

Le véhicule minier sous-marin GSR Global Sea Resources Patania II[68]

Vous avez raison : si la vie dans l’abîme survit à l’exploitation minière, elle sera détruite par la suite. La CCZ comporte des sections situées dans la profondeur de l’abîme (profondeur Hadal). En 2014, Timothy Shank (directeur de la Woods Hole Oceanographic Institution, Massachusetts[69]) a mené une mission internationale pour terminer la première étude systématique de l’écosystème Hadal, mais même Shank ne sait pas comment l’exploitation minière affectera l’abîme car il ne sait pas. ce qu’il contient[70].

Une chose est sûre : le CCZ est plein de vie. « C’est l’une des régions les plus riches en biodiversité que nous ayons jamais explorées dans les plaines abyssales », déclare Jeff Drazen, océanographe à l’Université d’Hawaï. La plupart de ces créatures, explique Drazen, vivent sur les mêmes nodules que les mineurs veulent extraire : « Si vous les soulevez du fond marin, vous supprimez un habitat qui a mis 10 millions d’années à se développer ». Et il ajoute : « Beaucoup des organismes les moins mobiles ne peuvent être trouvés nulle part ailleurs sur la planète »[71]. Grâce à Drazen, nous savons qu’ « une équipe belge fait des tests dans la CCZ et conduit un véhicule sur le fond marin qui crache beaucoup de boue. Nous sommes au bord de l’une des plus grandes transformations que les humains aient jamais faites à la surface de la planète. Nous allons détruire un immense espace de vie et une fois qu’il sera parti, il ne reviendra jamais »[72].

Le monstre mécanique inefficace développé par Nautilus Minerals [73]

En effet … En mai 2019, la société belge GSR Global Sea Mineral Resources, contrôlée par la société de dragage néerlandaise DEME, a commencé à collecter ces gisements à l’aide d’un prototype appelé Patania II. En huit jours, elle aspirait les nodules d’une zone d’environ 1 km2 et, grâce aux résultats, prévoit de démarrer l’exploitation minière à grande échelle d’ici 2026[74].

Les scientifiques ont peur : l’exploitation minière crée des nuages ​​de sable qui se trouvent à dix, voire des centaines de mètres au-dessus du fond marin. « Les eaux souterraines du CCZ sont les plus claires de toutes les parties de l’océan », déclare Craig Smith, océanographe à l’Université d’Hawaï. Selon lui, tant que l’océan reste nuageux (au moins 30 ans), « on ne comprendra pas l’ampleur réelle de l’impact des dragues »[75]. L’urgence est énorme. Catherine Coumans, coordonnatrice du programme Asia Pacific MiningWatch Canada, prévient : « L’exploitation minière pourrait commencer dans les deux prochaines années »[76] et détruira à jamais l’habitat abyssal[77].

L’incident en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le forage DeepGreen dans les fonds marins des eaux extraterritoriales de Nauru[78]

En 2007, un sous-marin avec un escargot a plongé 1 600 mètres dans la mer au large des côtes de Papouasie-Nouvelle-Guinée et a atteint un réseau de sources hydrothermales, qui abritent une vie marine unique au monde. Les exploitants de la société minière canadienne Nautilus Minerals ont commencé à forer le fond marin pour le cuivre, l’or, le zinc et l’argent[79]. Le forage est actuellement suspendu : en 2019, Nautilus a fait faillite avant l’extraction de minerais, et le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui a investi dans le projet, est endetté de 140 millions de dollars[80]. Une entreprise publique, Eda Kopa, tente de récupérer une partie de l’argent devant les tribunaux[81].

Le milieu marin n’a pas mieux résisté. Jonathan Mesulam de l’Alliance of Solwara Warriors Association, qui combat Nautilus Minerals depuis des années, est furieux : « Nous sommes inquiets car l’exploitation minière est expérimentale, il n’y a pas d’exemples dans le monde et la Papouasie-Nouvelle-Guinée n’a pas de cadre réglementaire ». À ce stade, il y a un volcan sous-marin qui peut provoquer un tsunami. « Cela a également influencé notre culture unique de réputation de requin, qui est notre identité », ajoute Mesulam : « Les requins sont une source majeure de nourriture pour notre peuple, et nous les chassons en les invoquant en utilisant une technique et un rituel vieux de plusieurs siècles. Lorsque Nautilus a commencé son exploration, les requins ont quitté notre eau »[82].

Une photo du fond marin dans les eaux extraterritoriales au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée après le forage de Nautilus Minerals a tout recouvert de sable et de boue[83]

En août 2019, le président fidjien Frank Bainimarama a appelé les Nations Unies « à soutenir l’appel à un moratoire de 10 ans sur la dégradation des fonds marins de 2020 à 2030, qui permettrait une décennie de recherche scientifique adéquate dans nos eaux territoriales ». Le Premier ministre de Vanuatu, Charlot Salwai, a été le premier à soutenir cet appel « à donner la priorité à la santé de nos communautés et à reconnaître les valeurs qui vont au-delà du gain économique ». La Papouasie-Nouvelle-Guinée avait précédemment soutenu le projet d’exploitation en eau profonde, mais le nouveau Premier ministre James Marape a changé d’avis après la mauvaise aventure de son pays avec Nautilus Minerals[84].

Nauru est également l’un des premiers soutiens du projet d’exploitation minière des fonds marins. DeepGreen prévoit d’extraire du cobalt et d’autres métaux d’une zone de 75 000 km² dans la zone CCZ, sur laquelle l’Etat de Nauru a obtenu le contrôle. DeepGreen Metals, une société canadienne née des cendres de Nautilus Minerals, a reçu un prêt de 150 millions de dollars, en grande partie d’une société suisse (Allseas SA Châtel St. Denis), pour aider au démarrage des études de faisabilité[85]. Nauru est un pays déjà caractérisé par les mines. Plus de 80% de la masse continentale de la petite île a été rendue inhabitable au XXe siècle par les mines de phosphate britanniques et australiennes[86].

Allseas n’est pas concerné par l’extraction de minéraux, mais par le dépôt d’oléoducs intercontinentaux sur le fond marin – et a donc des intérêts qui ne sont pas entièrement cristallins dans le projet[87]. Allseas contrôle plus d’une centaine d’entreprises réparties dans le monde[88], mais ne divulgue ni ses actionnaires ni ses ventes[89]. La seule chose connue est qu’Allseas pose les oléoducs des fonds marins qui relient l’Allemagne via le Skagerrak et le golfe de Botnie aux régions de l’extrême nord de la Russie (le projet appelé North Stream) et contre lesquels le gouvernement américain procède avec le pleine puissance de leur bonne machine[90].


[1] Frank Schätzing, “Der Schwarm“, Kiepenheuer & Witsch, Köln 2004

[2] https://www.isa.org.jm/mining-code/regulations

[3] https://www.statista.com/statistics/268789/countries-with-the-largest-production-output-of-lithium/

[4] https://www.mckinsey.com/industries/oil-and-gas/our-insights/metal-mining-constraints-on-the-electric-mobility-horizon#

[5] https://sites.nationalacademies.org/cs/groups/pgasite/documents/webpage/pga_059587.pdf

[6] https://geology.com/articles/rare-earth-elements/

[7] https://www.reuters.com/article/us-congo-mining-insight-idUSKCN1UC0BS

[8] https://unctad.org/

[9] https://unctad.org/system/files/official-document/ditccom2019d5_en.pdf

[10] https://about.bnef.com/blog/china-dominates-the-lithium-ion-battery-supply-chain-but-europe-is-on-the-rise/

[11] https://www.cnbc.com/2019/06/14/us-china-trade-war-chinas-rare-metal-dominance-explained.html

[12] https://www.trtworld.com/magazine/china-s-control-of-rare-minerals-has-the-power-to-disrupt-the-us-economy-26845

[13] https://www.usgs.gov/news/interior-releases-2018-s-final-list-35-minerals-deemed-critical-us-national-security-and

[14] https://jnlwp.defense.gov/Press-Room/Fact-Sheets/Article-View-Fact-sheets/Article/577989/active-denial-technology/

[15] http://www.rareearthassociation.org/DoE%20Critical%20Materials%20Strategy%20Report.pdf

[16] https://geology.com/articles/rare-earth-elements/ ; https://www.isa.org.jm/news/isa-secretary-general-welcomes-growing-interest-deep-seabed-mining-positive-development

[17] https://mcgroup.co.uk/researches/manganese

[18] https://www.mining-technology.com/features/featuremined-into-extinction-is-the-world-running-out-of-critical-minerals-5776166/

[19] https://divediscover.whoi.edu/history-of-oceanography/the-challenger-expedition/

[20] http://www.bbc.com/travel/story/20200719-hms-challenger-the-voyage-that-birthed-oceanography

[21] https://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/03mountains/background/challenger/challenger.html

[22] https://pubs.geoscienceworld.org/msa/elements/article/14/5/301/559105/Deep-Ocean-Mineral-Deposits-Metal-Resources-and ; https://epic.awi.de/id/eprint/38636/2/challenger-report_1891.pdf

[23] John L. Mero, “The mineral resources of the sea”, Elsevier Publishing Company, Amsterdam 1965

[24] https://core.ac.uk/download/pdf/42904622.pdf

[25] https://edgeeffects.net/seabed-mining/

[26] https://www.pewtrusts.org/en/research-and-analysis/fact-sheets/2019/09/deep-sea-mining-on-hydrothermal-vents-threatens-biodiversity

[27] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[28] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[29] https://www.pri.org/stories/2015-09-07/ship-built-cias-most-audacious-cold-war-mission-now-headed-scrapyard

[30] https://www.bbc.co.uk/news/resources/idt-sh/deep_sea_mining

[31] https://www.bbc.co.uk/news/resources/idt-sh/deep_sea_mining

[32] https://www.pri.org/stories/2015-09-07/ship-built-cias-most-audacious-cold-war-mission-now-headed-scrapyard

[33] https://www.nytimes.com/1977/07/17/archives/mining-the-wealth-of-the-ocean-deep-multinational-companies-are.html

[34] https://www.nytimes.com/1977/07/17/archives/mining-the-wealth-of-the-ocean-deep-multinational-companies-are.html

[35] https://clearworld.us/renewable-energy-requires-rare-earth-minerals-china-holds-most-of-them/

[36] https://digital.sandiego.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2380&context=sdlr

[37] https://legal.un.org/ilc/texts/instruments/english/conventions/8_1_1958_continental_shelf.pdf

[38] https://legal.un.org/ilc/texts/instruments/english/conventions/8_1_1958_continental_shelf.pdf

[39] https://digital.sandiego.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2380&context=sdlr, pages 499-500

[40] https://legal.un.org/avl/ha/uncls/uncls.html

[41] https://en.wikipedia.org/wiki/Arvid_Pardo ; https://legal.un.org/avl/ha/uncls/uncls.html

[42] https://www.un.org/depts/los/convention_agreements/texts/pardo_ga1967.pdf

[43] https://cil.nus.edu.sg/wp-content/uploads/formidable/18/1970-UN-General-Assembly-Resolution-2749.pdf

[44] https://www.cambridge.org/core/journals/international-organization/article/in-search-of-an-ocean-regime-the-negotiations-in-the-general-assemblys-seabed-committee-19681970/F2782DB29E419F35B3F3A2DA624DF71C

[45] https://www.un.org/Depts/los/convention_agreements/texts/unclos/UNCLOS-TOC.htm

[46] https://www.isa.org.jm/

[47] https://isa.org.jm/files/files/documents/sb-15-17.pdf

[48] https://www.grida.no/resources/6311

[49] https://isa.org.jm/files/documents/EN/30Ann/SG-Presentation.pdf

[50] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/

[51] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[52] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[53] https://www.isa.org.jm/about-isa

[54] https://www.dw.com/en/whats-the-science-on-deep-sea-mining-for-rare-metals/a-53686045

[55] https://www.dw.com/en/whats-the-science-on-deep-sea-mining-for-rare-metals/a-53686045

[56] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[57] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/

[58] https://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/18ccz/background/mining/mining.html

[59] https://www.isa.org.jm/documents/geological-model-polymetallic-nodule-deposits-clarion-clipperton-fracture-zone

[60] https://www.nature.com/articles/s43017-020-0027-0?utm_source=other&utm_medium=other&utm_content=null&utm_campaign=JRCN_2_DD01_CN_NatureRJ_article_paid_XMOL

[61] https://candlepozt.com/2018/01/12/5-mysterious-things-about-the-mariana-trench/

[62] https://www.dw.com/en/whats-the-science-on-deep-sea-mining-for-rare-metals/a-53686045

[63] https://www.researchgate.net/publication/280735258_Metody_landsaftnyh_issledovanij_i_ocenki_zapasov_donnyh_bespozvonocnyh_i_vodoroslej_morskoj_pribreznoj_zony

[64] https://www.dw.com/en/whats-the-science-on-deep-sea-mining-for-rare-metals/a-53686045

[65] Hein, J.R., Koschinsky, A. & Kuhn, T. Deep-ocean polymetallic nodules as a resource for critical materials. Nat Rev Earth Environ 1, 158–169 (2020). https://doi.org/10.1038/s43017-020-0027-0

[66] https://www.nature.com/articles/s43017-020-0027-0?utm_source=other&utm_medium=other&utm_content=null&utm_campaign=JRCN_2_DD01_CN_NatureRJ_article_paid_XMOL

[67] https://www.nature.com/articles/s43017-020-0027-0?utm_source=other&utm_medium=other&utm_content=null&utm_campaign=JRCN_2_DD01_CN_NatureRJ_article_paid_XMOL

[68] https://www.seatools.com/projects/subsea-mining-vehicle-patania-ii/

[69] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/

[70] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/

[71] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/

[72] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[73] https://www.bbc.co.uk/news/resources/idt-sh/deep_sea_mining

[74] https://www.dhyg.de/images/hn_ausgaben/HN095.pdf

[75] https://www.nature.com/articles/d41586-019-00757-y

[76] https://miningwatch.ca/blog/2019/10/30/mining-deep-sea-stories-suckers-and-corporate-capture-un

[77] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[78] https://miningir.com/deepgreen-secures-150m-funding-for-deep-sea-mining/

[79] https://www.bbc.co.uk/news/resources/idt-sh/deep_sea_mining

[80] https://miningwatch.ca/news/2019/11/22/where-does-canada-stand-deep-sea-mining ; https://www.savingseafood.org/news/conservation-environment/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/ ; https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[81] https://www.theguardian.com/world/2019/sep/16/collapse-of-Papua Nuova Guinea-deep-sea-mining-venture-sparks-calls-for-moratorium

[82] https://miningwatch.ca/news/2019/11/22/where-does-canada-stand-deep-sea-mining ; https://www.savingseafood.org/news/conservation-environment/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/ ; https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[83] https://news.mongabay.com/2020/06/deep-sea-mining-an-environmental-solution-or-impending-catastrophe/

[84] https://www.theguardian.com/world/2019/sep/16/collapse-of-Papua Nuova Guinea-deep-sea-mining-venture-sparks-calls-for-moratorium

[85] https://deep.green/deepgreen-acquires-third-seabed-contract-area-to-explore-for-polymetallic-nodules/ ; https://miningir.com/deepgreen-secures-150m-funding-for-deep-sea-mining/

[86] https://www.theguardian.com/world/2019/sep/16/collapse-of-Papua Nuova Guinea-deep-sea-mining-venture-sparks-calls-for-moratorium

[87] https://allseas.com/activities/

[88] https://opencorporates.com/companies?jurisdiction_code=&q=allseas&utf8=%E2%9C%93

[89] Allseas Fabrication Holding BV Delft; Allseas Group SA Châtel-Saint-Denis

[90] https://www.arcinfo.ch/articles/monde/firme-suisse-touchee-par-une-sanction-de-trump-contre-un-gazoduc-russe-l-ue-s-oppose-a-l-ingerence-americaine-891042

IBI World Limited

IBI World Limited

Info Brokers International est une société de chercheurs indépendants italiens, russes et allemands, issus du journalisme économico-financier, du système bancaire ou de travaux universitaires. Depuis 2004, nous nous adressons aux entreprises de toutes sortes d’informations financières, économiques et législatives, mettant à la disposition du client un impressionnant réseau de relations professionnelles, construit au cours de décennies d’activité, dans les milieux politiques, financiers, industriels et judiciaires. Nous opérons principalement en Europe, Asie et Afrique et dans les principales juridictions Offshore.

Sign up for our Newsletter